Royaume-Uni : la nouvelle base de repli des Frères musulmans

le
1
Plusieurs dizaines de partisans du président déchu Mohamed Morsi se sont rassemblés le 26 mars devant l'ambassade d'Égypte à Londres pour dénoncer la vague de répression au Caire.
Plusieurs dizaines de partisans du président déchu Mohamed Morsi se sont rassemblés le 26 mars devant l'ambassade d'Égypte à Londres pour dénoncer la vague de répression au Caire.

Le Premier ministre anglais David Cameron a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête par les services de renseignements britanniques sur la confrérie des Frères musulmans, présente sur son territoire. À charge pour les hommes du MI5 (sécurité intérieure) et du MI6 (renseignement extérieur) de faire toute la lumière sur "la nature de cette organisation, ses positions par rapport à l'extrémisme violent, ses liens avec d'autres groupes et sa présence au Royaume-Uni", a ainsi précisé le locataire du 10 Downing Street. Des suspicions qui accablent un peu plus une confrérie déjà honnie dans son propre pays. Après la destitution par l'armée en juillet 2013 de Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans et premier président démocratiquement élu d'Égypte, le nouveau pouvoir en place a lancé une véritable chasse aux sorcières contre l'organisation. Près de 1 400 partisans du président déchu ont été tués dans des heurts avec la police et 529 autres (dont Morsi lui-même) encourent la peine de mort. Depuis décembre 2013, la confrérie est classée par Le Caire parmi les organisations terroristes.Londres : nouveau point de ralliement Des persécutions qui ne sont pas l'apanage du nouveau régime, estime Mathieu Guidère, professeur d'islamologie à l'université de Toulouse-Le Mirail. "Depuis des décennies, les pouvoirs successifs ont réprimé les membres de la confrérie qui n'ont eu d'autre choix que de quitter l'Égypte pour trouver refuge en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le jeudi 3 avr 2014 à 10:11

    Ben ils vont être contents, quelle chance pour la Grande Bretagne !