Royaume-Uni : la banque HSBC ne veut plus gérer les comptes des ambassades

le
9
Royaume-Uni : la banque HSBC ne veut plus gérer les comptes des ambassades
Royaume-Uni : la banque HSBC ne veut plus gérer les comptes des ambassades

C'est la panique chez les diplomates basés à Londres. La banque britannique HSBC (Hong Kong & Shanghai Banking Corporation) a annoncé qu'elle cessait de gérer les comptes de plus de 40 ambassades et consulats situés dans la capitale anglaise. Elle leur laisse 60 jours pour retirer leur argent, rapporte l'hebdomadaire Daily on Sunday ce dimanche.

«La décision de la HSBC a semé la pagaille. Les ambassades et les consulats ont absolument besoin d'une banque, pas seulement pour encaisser l'argent des visas et des passeports mais aussi pour payer les salaires, les factures et même le péage pour circuler dans le centre de Londres», s'inquiète, dans les colonnes du journal, le représentant des consuls au Royaume-Uni, Bernard Silver, à la tête de Consular Corps. «Nous sommes chez HSBC depuis 22 ans et se débarrasser de nous comme cela fut un choc», ajoute John Belavu, de l'ambassade de Papouasie-Nouvelle-Guinée à Londres. Quant au consul honoraire du Bénin, Lawrence Landau, il se plaint que «toutes les banques au Royaume-Uni se ferment comme des huîtres».

Question de rentabilité...

Pourquoi ce soudain abandon ? La banque HSBC explique avoir simplement soumis ces ambassades et ces consulats au même «programme d'évaluation» que celui appliqué à toutes ses entreprises clientes depuis mai 2011. Ne bénéficiant d'aucun traitement de faveur, ces établissement ont fini par être recalés. «Nos services aux ambassades ne sont pas exemptés» de ce nouveau système d'évaluation, insiste HSBC.

Mis en place après l'arrivée de Stuart Gulliver à la tête de la banque en janvier 2011 et visant à accroître les profits de l'entreprise, il consiste à analyser chacune des opérations et des activités de la banque par le biais de «cinq filtres». A savoir, «le potentiel économique ultérieur, la pertinence en termes de connectivité, la rentabilité (rendement des capitaux propres), l'efficacité (coefficient d'exploitation) ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le samedi 17 aout 2013 à 09:07

    Ils sont touchants, ils croyaient que les banques aimaient leurs clients, 22ans d'ancienneté, oui et alors, moi j'ai bien plus de trente ans dans ma boite et elle ne reve que de me virer meme si j'ai contribué à la rendre "riche".C'est ça la reconnaissance de votre système, zero.Alors cre-vez !!

  • gstorti le lundi 5 aout 2013 à 09:28

    Comment vont ils faire pour planquer leurs fric? Allez CA, ou BNP, installez une antenne..., les pauvres...

  • adrasio le dimanche 4 aout 2013 à 22:54

    c'est un coup a se faire ôter le triple wc !

  • frk987 le dimanche 4 aout 2013 à 22:22

    oh tout simplement que HSBC ne veut plus servir de couverture aux mag..ouilles financières des ambassades et des hommes politiques. Pas de risque que ç a arrive en France, la banque postale ou dexia seront à la hauteur !!!!

  • mars4 le dimanche 4 aout 2013 à 22:04

    Sinon, je suis d'accord : c'est très étrange!Peut-être une vengeance de HSBC avec des victimes collatérales?

  • boudh1 le dimanche 4 aout 2013 à 22:01

    Etrange, Très très étrange !!

  • mars4 le dimanche 4 aout 2013 à 21:30

    Il n'est pas vraiment question de sous!Et le tout bancaire est une mauvaise chose.

  • fred1903 le dimanche 4 aout 2013 à 21:04

    Incroyable comme chez bnp ils selectionnent les nouveaux clients. Bientot la monde aura 2 banques celles des riches et les autres.. vivement qu elles meurent.

  • cool1238 le dimanche 4 aout 2013 à 20:30

    ça commence