Royaume-Uni : l'envers du décor

le
1
Picadilly Circus, à Londres. (© A. Fontcuberta)
Picadilly Circus, à Londres. (© A. Fontcuberta)

À quelques jours des élections législatives, l’incertitude est à son comble outre-Manche. Les derniers sondages indiquent une quasi-égalité dans les intentions de vote entre les con­servateurs conduits par le Pre­mier ministre David Cameron, et les travaillistes, emmenés par Ed Miliband.

Or l’issue n’est pas binaire. Alistair Darling, analyste politique chez Nomura, retient plusieurs scénarios. Alliance en­tre grands et petits partis, lon­gues négociations, nouvelles élections… la victoire nette d’un seul parti ne figure pas parmi les dénouements les plus probables. 

Bloc "A lire aussi"

Si les élections sont suivies par les investisseurs, elles n’ont pas entraîné un regain de volatilité sur les marchés. On observe même une légère hausse des taux longs britanniques depuis un mois, à contre-courant de la tendance en Europe, et une appréciation de la livre sterling.

Il est vrai que les enjeux les plus brûlants (sortie de l’Union européenne ou indépendance de l’Écosse) ne sont pas immédiatement liés à l’élection. Vrai aussi qu’aucun des deux grands partis ne compte abandonner la rigueur budgétaire menée depuis le début de la décennie. Vrai enfin que l’économie britannique affiche une mine radieuse, avec son taux de chômage de 5,6% et un rythme de croissance à +2,4% au premier trimestre

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le lundi 4 mai 2015 à 20:32

    Les Britanniques ont une situation qui fait l'envie des Français et pourtant ils risquent de basculer dans un passage à gôche , alors que la situation française de victime du socialisme devrait leur ouvrir les yeux.