Royaume-Uni : Cameron, amateur d'escort-girls de luxe ?

le
2
En quelques mois, David Cameron a découvert, à ses dépens, les travers du réseau social Twitter.
En quelques mois, David Cameron a découvert, à ses dépens, les travers du réseau social Twitter.

Décidément, le Premier ministre anglais, David Cameron, n'en finit pas d'accumuler les bourdes sur le réseau social Twitter. Si l'homme n'est pas personnellement à blâmer, son service de communication, lui, semble bien peu débrouillard en matière de réseaux sociaux. Dernière gaffe en date, révélée par la BBC : la présence d'une agence d'escort-girls haut de gamme dans les abonnements du compte Twitter du Premier ministre. L'heureuse élue : Carltons of London. Une agence londonienne qui propose rien de moins que les "meilleures escort-girls de Londres pour des gentlemen distingués".

Autre déconvenue sur le réseau social, à épingler au palmarès du 10 Downing Street, le tweet de soutien de David Cameron en juillet 2013 à son secrétaire d'État au Travail et aux Retraites, Iain Duncan Smith, qui livrait alors une âpre bataille politique en faveur d'une réforme des allocations. Initiative louable, sauf qu'en réalité, sous le compte "@IDS_MP" - des initiales du secrétaire d'État -, se cache un utilisateur sarcastique et très critique à l'encontre du gouvernement britannique.En 2010 déjà, David Cameron avait goûté à l'humiliation numérique lorsque, après avoir rendu public son amour pour le groupe de rock The Smiths - pourtant très virulent contre le pouvoir dans leurs textes -, le guitariste de ladite formation mancunienne, Johnny Marr, avait intimé l'ordre, sur Twitter, au leader de la 6e puissance économique mondiale d'arrêter...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le mercredi 27 nov 2013 à 11:31

    So what?

  • lsleleu le vendredi 22 nov 2013 à 20:37

    Si la politique ne se fait pas à la corbeille (dixit de Gaulle) elle ne doit pas se faire sur twiter, Mr et MMe les politiques cessez vos enfantillages ...