Royal veut une enquête sur les boues rouges dans les calanques

le
0

MARSEILLE, 10 septembre (Reuters) - Ségolène Royal a annoncé mercredi le lancement d'une enquête publique, fin 2014, sur la poursuite de rejets de boues rouges au coeur du parc naturel des calanques par la société d'alumine Alteo de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône. La ministre de l'Environnement a réagi dans un communiqué à la décision prise lundi par les administrateurs du parc national des calanques, aux portes de Marseille, qui autorise la société Alteo à poursuivre pour une durée de 30 ans le rejet en mer de boues rouges, des résidus liquides issus du traitement de la bauxite. Depuis 50 ans, le site Alteo de Gardanne déverse ces rejets au coeur des calanques, à 7 kilomètres au large par plus de 300 mètres de fond. Ségolène Royal précise que cette autorisation "ne peut être délivrée que par le préfet, au nom de la ministre" et au terme "d'une instruction menée par les services de l'Etat qui n'est pas achevée". Le conseil d'administration du parc naturel avait pourtant assorti son autorisation de conditions fermes prévoyant de "meilleurs contrôles" par Alteo des eaux rejetées, des précautions qui ne semblent pas satisfaire la ministre. Ségolène Royal estime qu'il s'agit en effet d'un "socle minimal d'exigences" auquel l'exploitant devra se conformer, mais qui pourra être renforcé par les résultats de l'enquête publique dont le lancement est prévu fin 2014. (Jean-François Rosnoblet, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant