Royal : «Tant que je serai ministre, il n'y aura pas de gaz de schiste»

le
3
Royal : «Tant que je serai ministre, il n'y aura pas de gaz de schiste»
Royal : «Tant que je serai ministre, il n'y aura pas de gaz de schiste»

«Tant que je serai ministre de l'Ecologie, il n'y aura pas de gaz de schiste et pas d'investigation sur le gaz de schiste» a assuré ce dimanche matin Ségolène Royal dans l'émission le «Grand Rendez-vous» Europe 1/Le Monde/I-Télé, alors qu'elle va défendre à partir de mercredi le projet de loi sur la transition énergétique, présenté comme texte phare du quinquennat Hollande. Cette mise au point de l'ancienne candidate à la présidentielle de 2007 est aussi une réponse à son rival d'alors, Nicolas Sarkozy, qui s'est prononcé jeudi lors d'un meeting à Lambersart (Nord) en faveur d'une exploitation du gaz de schiste en France. 

Comparant la situation du pays avec les Etats-Unis, qui ont obtenu «l'indépendance énergétique» grâce à l'exploitation de cette ressource, le candidat à la présidence de l'UMP, devant des militants UMP, a dit ne comprendre pas pourquoi ce n'était pas le cas en France «alors que le chômage ravage tant de territoires». Sous son quinquennat, le Parlement avait pourtant voté en 2011 une proposition de loi UMP interdisant le recours à la technique de fracturation hydraulique pour exploiter le gaz de schiste.

«Tous nos moyens sur les économies d'énergie et les énergies renouvelables»

Pour la ministre socialiste de l'Ecologie, la comparaison avec la politique américaine en matière d'énergie n'est absolument pas pertinente. «Les experts américains en reviennent du gaz de schiste. Il y a beaucoup de dégâts environnementaux, ensuite le coût s'est révélé beaucoup plus important que prévu», a souligné dimanche Ségolène Royal. «On commence à voir aux Etats-Unis des friches industrielles scandaleuses, avec des riverains effarés, des poches de pauvreté et des poches de chômage» sur les sites d'exploitation abandonnés.

Alors que Ségolène Royal va défendre à partir de mercredi à l'Assemblée nationale le projet de loi sur la transition énergétique, elle l'assure : «Tous nos ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le dimanche 28 sept 2014 à 18:08

    Et ses gaz à elle, elle se met un tuyau pour ne pas augmenter le co2 ??????

  • frk987 le dimanche 28 sept 2014 à 17:41

    Plus que 953 jours,et enfin débarrassé de cette niaise.

  • bordo le dimanche 28 sept 2014 à 16:25

    Ah, c'est sur, tant qu'elle sera ministre... Mais elle ne va pas le rester longtemps. D'ailleurs, la fracturation hydraulique a été longtemps pratiquée en France. Comment croyez vous qu'à été extrait le gaz de Lacq ? Ou celui de Groningue en Hollande ? Le monde s'est il écroulé dans ces deux endroits ? Non. Donc s'interdire de reprendre son indépendance énergétique est idiot ou bien nous sommes gouvernés par des traîtres.