Royal ne veut pas «distribuer des bons et des mauvais points»

le
2
La présidente de la région Poitou-Charentes a exprimé des réserves sur le droit de vote des étrangers aux élections locales, «un sujet délicat».

«Beaucoup de choses ont été faites, beaucoup reste à faire. Dans la méthode, on peut toujours s'améliorer.» Invitée dimanche soir du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», Ségolène Royal s'est défendue de vouloir «distribuer des bons et des mauvais points» à l'actuel gouvernement, même si elle revendique sa «liberté de parole» et ajoute: «En politique, si on veut bien se faire entendre, il faut sortir de la langue de bois.» En publiant chez Grasset un livre intitulé Cette belle idée du courage, la présidente de la région Poitou-Charentes défend sa façon à elle de faire de la politique. «Ma prise de parole ne se fait pas par rapport au bilan de l'année écoulée», a prévenu l'ancienne candidate à l'élection présidentielle de 2007, pour qui «la question du courage, c'est de surmonter la peur par l'action». «Les Français v...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le lundi 20 mai 2013 à 08:45

    Ah, non, il reste Martine... J'ai une idée. On nomme Martine maire de Calais et... on rend Calais aux anglais !

  • bordo le lundi 20 mai 2013 à 08:44

    La harpie est tordante. Mais c'est très bien Poitou Charente, il faut qu'elle s'en occupe, bien, longtemps. A mon avis, là où elle serait vraiment utile, c'est à Saint-Pierre et Miquelon. Là-bas, elle pourrait vraiment donner son maximum. C'est comme Taubira, allez, hop ! En Guyane, et là on donne leur indépendance à ces TOM et elles deviennent maréchales-présidentes et on en serait vraiment débarassés.