Royal ne veut pas de polémique écotaxe avant les régionales

le
1

PARIS, 12 août (Reuters) - Ségolène Royal a déclaré mercredi qu'elle ne souhaitait pas relancer la polémique sur l'écotaxe, mettant en avant la tenue prochaine des élections régionales et la complexité du dispositif pour justifier l'abandon de cette mesure toujours combattue par les transporteurs routiers. L'idée d'une mise en place de l'écotaxe au niveau régional, relancée lundi par l'ex-ministre des Transports Frédéric Cuvillier et soutenue en juin par la ministre de l'Ecologie, de l'Environnement et du Développement durable, a été écartée mardi par Matignon qui a indiqué que cette option n'était pas envisagée ID:nL5N10M3JE . "Je pense que la décision de ne pas relancer la polémique est en effet une bonne décision", a dit Ségolène Royal sur France Inter. "Certaines régions avaient évoqué l'idée de faire une taxe régionale, je suis toujours pour le dialogue mais honnêtement dans le moment où nous nous trouvons, à quelques semaines des élections régionales et alors même que ce dispositif est extrêmement complexe et que les expertises ne sont pas achevées, je ne souhaite pas faire de déclarations supplémentaires et relancer la polémique sur ce sujet", a-t-elle ajouté. Le gouvernement a annoncé en octobre la suspension "sine die" de l'écotaxe, un péage de transit poids lourds très contesté par les routiers et pris pour cible par le mouvement des "bonnets rouges" bretons. Mais plusieurs élus, à l'image de l'ex-ministre des Transports et actuel maire de Boulogne-sur-Mer Frédéric Cuvillier et la conseillère régionale Ile-de-France UDI Chantal Jouanno, ont depuis émis l'idée d'une écotaxe au niveau régional. Ségolène Royal avait estimé en juin qu'il s'agissait d'une bonne idée "non seulement pour la région Ile-de-France mais également pour d'autres régions, comme l'Alsace". (Marine Pennetier, édité par Yann Le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • blackmax le mercredi 12 aout 2015 à 10:15

    Le calendrier électoral en guise de "cap" : on a les ambitions que l'on peut !