Royal, l'indispensable de la primaire PS 

le
0
L'ex-candidate a ironisé mardi sur le fait que le chef de l'État ait «récupéré» l'une de ses propositions contre la délinquance.

Sans elle, les socialistes s'ennuieraient. Alors que François Hollande, le favori de la primaire, peine à susciter l'enthousiasme et que Martine Aubry, sa rivale, n'a pas réussi pour l'instant à renverser le rapport de force, Ségolène Royal, elle, assure le spectacle. Elle mobilise son noyau de supporteurs. Elle provoque le débat. En espérant convaincre qu'elle mérite une deuxième chance, après son échec de 2007… Mais même si elle n'est pas désignée, elle a déjà gagné sa place dans la campagne présidentielle.

Si ce n'est pas elle la candidate, ses idées seront-elles portées? Ironie de l'histoire ou stratégie délibérée pour mettre son grain de sel dans la primaire de la gauche, Nicolas Sarkozy, son ex-adversaire de 2007, a repris mardi l'une de ses propositions phares de la présidentielle: le chef de l'État a promis un «encadrement militaire des jeunes délinquants». «Ce qui est important, c'est que les bonnes idées fassent leur chemin», a ironisé mardi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant