Royal : «J'avais accepté» le ministère des Affaires étrangères, mais...

le
4
Royal : «J'avais accepté» le ministère des Affaires étrangères, mais...
Royal : «J'avais accepté» le ministère des Affaires étrangères, mais...

«Je suis une femme d'Etat donc je sers là où on me demande de servir», clame ce jeudi matin, sur l'antenne de France Info, Ségolène Royal. Reconduite à la tête du ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie lors du remaniement du gouvernement, l'ex-compagne de François Hollande ne cache pas l'intérêt qu'elle portait au ministère des Affaires étrangères que Laurent Fabius quittait pour rejoindre le Conseil constitutionnel et qui est finalement revenu à Jean-Marc Ayrault.

Une perspective qu'elle a vu se profiler un court moment. Rejoindre le Quai d'Orsay, «c'est vrai que cette proposition m'avait été faite et que je l'avais acceptée. Ensuite, il y a eu d'autres considérations, qui sont celles de l'efficacité de l'équipe, d'autres enjeux, que j'ai parfaitement compris», assure-t-elle une semaine plus tard. «C'est le sort de la vie politique. Etre dans un gouvernement ce n'est pas un droit, c'est un honneur», insiste-t-elle.

Interrogée sur l'absence, dans ce nouveau gouvernement, de femme aux fonctions régaliennes (Intérieur, Défense, Justice, Affaires étrangères et Finances), Ségolène Royal reprend l'un de ses thèmes favoris. « La politique a toujours été plus dure pour les femmes. Toujours. Il y a toujours eu ce procès en incompétence. C'est un combat», martèle l'ex-candidate à l'Elysée, battue au second tour de la présidentielle 2007 par Nicolas Sarkozy. «Quand on a été au plus haut niveau des responsabilités de l'Etat on rebondit», assure-t-elle, philosophe. «Un échec est toujours l'ouverture d'autres possibles. Toujours. Donc il faut toujours se positionner positivement. Les femmes ont un ressort intérieur qui leur permet de rebondir.»

«Le Premier ministre pilote en direct» le dossier Notre-Dame des Landes

Finalement écartée des Affaires étrangères pour permettre le retour au gouvernement de Jean-Marc Ayrault, Royal a par contre fini par récupérer la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius il y a 11 mois

    «Je suis une femme d'Etat donc je sers là où on me demande de servir". Sachant ce qu'elle vaut, il est normal qu'elle se moque des électeurs car ils ont voté pour elle à près de 50% en 2007. Ségo vous pisse dans la raie comme on pourrait dire...

  • mucius il y a 11 mois

    Où faut-il qu'on en soit arrivé pour proposer le ministère des affaires étrangères à mme royal?

  • cavalair il y a 11 mois

    femme d'etat? effectivement elle un certain nombre d'hommes d'etat.......

  • dhote il y a 11 mois

    Femme d'état ; quelle audace ou quelle inconscience !!