Royal déplore le «coup porté» à la diplomatie française

le
0
RÉACTIONS - L'opposition continue d'appeler à la démission de la ministre, mise en cause pour son récent séjour tunisien. La majorité fait bloc derrière elle, à l'exception de Dominique de Villepin.

Aux yeux du PS, la démission de l'actuelle ministre des Affaires étrangères, en proie à une controverse sur son récent séjour en Tunisie, ne fait plus aucun doute. Jean-Marc Ayrault a été le premier, dimanche, à dégainer à l'occasion d'une interview accordée à RTL. «Sa démission est inévitable. C'est une question d'heures maintenant», a estimé le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale.

Samedi, le site internet du Nouvel Observateur révélait que la ministre avait effectué deux déplacements - et non un comme indiqué précédemment - dans l'avion de l'homme d'affaires tunisien Aziz Miled, réputé proche de Ben Ali. D'abord entre Tunis et Tabarka, puis pour se rendre à Tozeur, dans le grand sud, le 29 décembre, évitant ainsi de traverser des villes en révolte. «Une agence locale, Nomade, a été chargée d'organiser la visite», précisait Le NouvelObs.com.

Une révélation que la ministre a aussitôt qualifiée de «totalement artificielle 1/4 i>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant