Royal contredit Valls : «Ca m'étonnerait que l'autoroute A 831 soit construite»

le
1
Royal contredit Valls : «Ca m'étonnerait que l'autoroute A 831 soit construite»
Royal contredit Valls : «Ca m'étonnerait que l'autoroute A 831 soit construite»

C'est qui le chef ? La ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, s'est une nouvelle fois déclarée opposée ce lundi à la réalisation de l'autoroute A 831 entre Fontenay-le-Comte (Vendée) et Rochefort (Charente-Maritime). Projet qui a les faveurs du Premier ministre, Manuel Valls. 

«Ça m'étonnerait beaucoup» que l'autoroute A-831 soit construite, a lancé ce matin la ministre de l'Ecologie sur BFMTV/RMC. «Les choses sont très simples. Les règles s'appliquent à tous. Je suis garante de l'application du code de l'environnement (...). Ça m'étonnerait beaucoup que l'autoroute dans le marais (poitevin, NDLR) soit construite, ça m'étonnerait beaucoup», a t-elle insisté. 

Une petite musique divergente de celle du gouvernement comme dans le dossier de l'aéroport Notre-Dame des Landes où Ségolène Royal a également suggéré ce lundi matin l'organisation d'un référendum local.

VIDEO. Royal plaide pour un référendum local

Dans le dossier de l'autoroute A 831, Manuel Valls, avait annoncé le 1er mars le lancement d'un nouvel appel à candidatures d'entreprises et indiqué qu'il soumettrait «prochainement», au Conseil d'État, un décret visant à la prorogation de la déclaration d'utilité publique du projet d'autoroute, qui doit venir à échéance le 12 juillet.

«On est dans le cadre des règles existantes», a commenté la ministre, soulignant que «l'autorisation (de construire) n'est même pas délivrée».

«Nous sommes pris en otages par une querelle d'égos»

En juillet 2014, Ségolène Royal, ancienne présidente du conseil régional de Poitou-Charentes, s'était opposée au projet de l'A 831 et avait refusé de lancer le dossier de consultation des entreprises sur cette autoroute d'une soixantaine de kilomètres.

La ministre avait mis en avant des motifs liés aux difficultés de financement du projet et à la protection de l'environnement, arguant notamment des «conséquences de la traversée (par l'A ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 9 mar 2015 à 17:10

    Mais comment un prétendu premier ministre peut accepter ce genre de contestation de la part d'un ministre. Soit il la vire, soit il démissionne en prétextant que FH lui a imposé cette pseudo-ministre. Une fois de plus Manolo est RIDICULE, chaque jour il l'est un peu plus que la veille !!!!