Royal condamne le «grave dérapage» du DG de la BPI sur Petroplus et Florange

le
18
Royal condamne le «grave dérapage» du DG de la BPI sur Petroplus et Florange
Royal condamne le «grave dérapage» du DG de la BPI sur Petroplus et Florange
Comme à son habitude, Ségolène Royal n'y est pas allé par quatre chemins. Devant une délégation de l'intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, près de Rouen, la vice-présidente de la BPI (Banque Publique d'Investissement) a fermement recadré le directeur général de l'établissement. Le DG de la BPI avait heurté en estimant mercredi que le sauvetage de Petroplus ou des hauts-fourneaux de Florange n'aurait pas représenté «un bon business». La veille, le tribunal de commerce de Rouen avait rejeté les deux dernières offres de reprise de la raffinerie, scellant le sort de de ses 470 salariés.

Ces déclarations constituent un «grave dérapage» aux yeux de Ségolène Royal. Elles «n'ont aucune raison d'être et ne se reproduiront pas», tranche celle qui avait dit, au moment de sa nomination à la BPI, vouloir «servir modestement, mais efficacement une grande idée : la BPI, banque des territoires, des PME, de la mutation écologique». Ce vendredi, face à l'intersyndicale, elle a assuré que la BPI aurait aidé le site si un repreneur avait été retenu par le tribunal de commerce.

L'UDI dénonce des «propos méprisants»

Son directeur général avait indiqué mercredi que l'établissement ne s'était pas engagé dans le dossier de la raffinerie Petroplus, préférant consacrer ses fonds à des projets jugés plus porteurs d'avenir : «Notre agenda, c'est la France de 2030. Petroplus, est-ce la France 2030 ?» A propos de l'usine ArcelorMittal de Florange, il avait par ailleurs fait valoir que selon l'«arbitrage» réalisé «on aurait perdu beaucoup d'argent et ce n'aurait pas été un bon business».

«La BPI est là pour prendre des risques, parfois elle perdra, parfois elle gagnera», a répliqué Ségolène Royal ce vendredi. Elle n'est pas la seule à avoir tiqué. Dès le lendemain de la publication de ces propos - tenus en marge de la première réunion du comité national d'orientation de...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • slivo le samedi 20 avr 2013 à 11:16

    Ancien proverbe : "tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle casse". Nouveau proverbe : "tant va la cruche aux médias qu'à la fin il serait urgent qu'elle se casse".

  • mlaure13 le samedi 20 avr 2013 à 00:58

    Ah...la politique...C'est une maladie incurable !...et qui fait faire à ceux qui en sont atteints, les pires abominations !...

  • GAULLEC le vendredi 19 avr 2013 à 23:04

    Ne pas oublier le palmarès de cette chèvre avec Heuliez et la distribution en pure perte de millions d'euros à la charge des contribuables. A la BPI elle n'est que porte parole de la direction ou du PDG donc elle pourrait s'autoriser à fermer sa g.u.e.u.l.e à titre personnel!

  • knbskin le vendredi 19 avr 2013 à 21:10

    La BPI selon Ségolène : la banque des canards boîteux. Dépensons les sous du contribuable à sauver des emplois insauvables. On est sur la bonne voie ... ! :)

  • nebraska le vendredi 19 avr 2013 à 20:47

    Et sur 1 bucher ça donnerait quoi la royale ? Viande bovine ou chevaline ?

  • nebraska le vendredi 19 avr 2013 à 20:46

    Ca y'est elle ramène sa fraise sans rien connaitre aux problématiques d'1 société, dixit Heulliez. Bin ça promet !

  • dhote le vendredi 19 avr 2013 à 20:34

    Les bonnes femmes à Hollande commencent à nous pourrir la vie: dehors.

  • laquitta le vendredi 19 avr 2013 à 20:04

    j'espère que le DG va tenir bon et l'envoyer se faire voir ailleurs

  • bordo le vendredi 19 avr 2013 à 19:35

    C'est plutôt "parfois elle perdra, parfois elle perdra". Mais pourquoi ne laisse-t-on pas cette personne dans sa région, bien aérée, au fond du marais poitevin, avec un léger suivi médical, elle serait plus heureuse, alors que là elle s'amuse avec notre argent et ne rend de comptes qu'au père de ses enfants, si je comprends bien.

  • cavalair le vendredi 19 avr 2013 à 19:26

    «La BPI est là pour prendre des risques, parfois elle perdra, parfois elle gagnera», Segolene tu est Presidente d'une banque mais pas d'un casino. Holland aurait du te le dire, mais je sais un casino c'est plus marrant....quelle K.onnasse celle la