Royal Bank of Scotland supprime 3500 postes

le
0
INFOGRAPHIE - La banque britannique, sauvée de la faillite par l'État, poursuit sa cure d'amaigrissement en réduisant ses activités d'investissement. Quelque 10.000 emplois sont menacés dans la City sur le seul premier trimestre.

Les employés de la Royal Bank of Scotland (RBS) ont accueilli la nouvelle avec fatalisme, en arrivant à leurs bureaux de Bishopsgate, dans la City de Londres, jeudi matin. La banque a annoncé 3500 suppressions d'emplois supplémentaires étalées sur trois ans, s'ajoutant aux 2000 déjà prévues à la fin de l'été dernier. Le patron de RBS, Stephen Hester, accélère le démantèlement de l'activité d'investissement qui avait mené l'institution, fondée à Edimbourg il y a près de trois siècles, au bord de la faillite. Il agit sous la pression du gouvernement, qui a sauvé RBS en acquérant 83 % de son capital en 2008.

La branche investissement de RBS comptait 24.000 employés avant la crise. Il ne pourrait en rester qu'une dizaine de milliers au terme de ce processus. Après des années d'une dangereuse course à la taille, RBS se recentre sur des activités de banque traditionnelle, éliminant les plus risquées. Plusieurs départements déficitaires, dont le courtage ou le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant