Roy Andersson : " Le seul ami de Zlatan étant gamin, c'était le football "

le
0
Roy Andersson : " Le seul ami de Zlatan étant gamin, c'était le football "
Roy Andersson : " Le seul ami de Zlatan étant gamin, c'était le football "

Roy Andersson, c'est ce réalisateur suédois bonhomme qui prend son temps pour filmer la vacuité des choses de la vie en plan-séquence. C'est aussi un fan du BK Käcken, le deuxième club de Göteborg, capable de parler de l'artiste Zinedine Zidane, du distingué Michael Laudrup et de l'ennuyeux Henrik Larsson. Interview à l'occasion de la sortie de son film Un Pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence, Lion d'or à la dernière Mostra de Venise.

Vous aviez quinze ans lorsque la Suède a atteint la finale de " son " Mondial en 1958. Quels souvenirs en gardez-vous ? À l'époque, la Suède se projetait énormément dans le futur, il y avait une vraie foi en l'avenir. Nous étions en train de construire ce que l'on appelait la " société du bien-être ". Et la Coupe du monde faisait partie de ce processus. On n'avait pas la télévision à l'époque, donc tout passait par la radio. Si je ne dis pas de bêtises, la Suède ouvre le score en finale, mais finit par perdre face à ces fantastiques Brésiliens : Garrincha, Pelé, etc. J'étais fasciné par leur incroyable technique. On ne les voyait jamais jouer à part à la Coupe du monde, donc c'était d'autant plus impressionnant.
Autre grande période de la Suède : la Coupe du monde 1994... C'était fabuleux ! Défaits par le Brésil, une nouvelle fois. Mais en demi-finale. Tomas Brolin, quel joueur... Il avait une technique incroyable, chose assez rare à l'époque pour être soulignée. L'équipe de Suède avait toujours été douée collectivement, mais là, c'était véritablement la première fois qu'on avait un excellent individualiste. Il était très intelligent et pouvait transformer un match sur une action. Il tient un restaurant à Stockholm maintenant. Mais je crois qu'il aime un peu trop l'alcool (rires). Moi aussi, j'aime un peu trop l'alcool, surtout le vin rouge français (rires).
En matière de technique, Henrik Larsson n'était pas mal non plus dans cette équipe, non ? C'est vrai. Maintenant, il est entraîneur de Helsingborgs après avoir gravi les échelons un à un depuis plusieurs années. Je pense qu'il va faire un très bon travail à l'avenir. On ne sait jamais, mais pas sûr qu'il finisse sélectionneur national pour autant parce que c'est quelqu'un de très timide, de trop gentil, avec une petite voix. Ça me rappelle une anecdote. Rod Stewart est un grand fan du Celtic, pas vrai ? À l'époque où Larsson jouait là-bas, Stewart a fait en sorte d'organiser un rendez-vous pour le rencontrer et quand il est sorti, il a dit : " Wow, Henrik Larsson est la personne la plus ennuyeuse que j'ai jamais rencontrée ! " (rires)
Encore aujourd'hui, vous suivez le football ? Oui, absolument. Surtout…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant