Roux réchauffe Lille

le
0
Roux réchauffe Lille
Roux réchauffe Lille

Menés au score une bonne partie du match, les Lillois ramènent un point de Russie grâce au premier but de Nolan Roux depuis le mois d'août (1-1). Cela ne sera probablement pas suffisant pour passer, mais c'est un début vers la rédemption.

Krasnodar - Lille
(1-1)

Ari (34') pour Krasnodar , N. Roux (78') pour Lille.


Dans le football, on a de plus en plus tendance à n'accorder d'importance qu'aux chiffres. Si cela ne tenait qu'aux buts marqués et encaissés et aux points, on pourrait encore comprendre. Mais les statistiques se multiplient : kilomètres parcourus, nombres de duels gagnés, hauteur de la ligne défensive, pourcentages de passes réussies, dans quelle moitié du terrain Autant de paramètres plus ou moins significatifs, plus ou moins farfelus. Et s'il y en a particulièrement cruel, c'est bien le nombre de matchs sans marquer pour un attaquant. Pour Nolan Roux, il faut remonter au 30 août pour retrouver son seul et unique but cette saison. Mais aujourd'hui, alors qu'il avait comme à son habitude passer son match à bouger les défenseurs et à rater, le joueur à la tête d'elfe a fini par faire trembler les filets, pour la première fois en 15 matchs de Coupe d'Europe. Un but qui offre le point du nul à Lille. Si cela implique statistiquement que Wolfsburg doit perdre contre Everton, de préférence largement, puis contre le LOSC pour que le clubs français passe, dans la tête de Roux, cela veut dire bien plus. Forcément bénéfique pour un Lille en grande difficulté actuellement.
Des Dogues en hiver
Dans l'obligation de gagner, René Girard envoie un 4-4-2 en losange, avec Marvin Martin en soutien de Roux et Frey. Les Lillois mettent d'entrée le pied sur le ballon, et les Russes les pieds sur les pieds, histoire de montrer qu'ici, c'est la Russie. Une technique plutôt efficace. Ces derniers ouvrent d'ailleurs le score sur une action bizarre au possible, Pereyra se présentant seul face au but après deux relais de la tête dans l'axe, mais le but est annulé pour une obstruction d'Ari, en position de hors-jeu sur Basa. Ragaillardis, les Russes se mettent à contrôler les débats, tout en continuant leurs traditionnelles fautes. Heureusement, il y a toujours un retour Lillois, souvent de Balmont, ou une frappe non cadrée pour les...








Krasnodar - Lille
(1-1)

Ari (34') pour Krasnodar , N. Roux (78') pour Lille.


Dans le football, on a de plus en plus tendance à n'accorder d'importance qu'aux chiffres. Si cela ne tenait qu'aux buts marqués et encaissés et aux points, on pourrait encore comprendre. Mais les statistiques se multiplient : kilomètres parcourus, nombres de duels gagnés, hauteur de la ligne défensive, pourcentages de passes réussies, dans quelle moitié du terrain Autant de paramètres plus ou moins significatifs, plus ou moins farfelus. Et s'il y en a particulièrement cruel, c'est bien le nombre de matchs sans marquer pour un attaquant. Pour Nolan Roux, il faut remonter au 30 août pour retrouver son seul et unique but cette saison. Mais aujourd'hui, alors qu'il avait comme à son habitude passer son match à bouger les défenseurs et à rater, le joueur à la tête d'elfe a fini par faire trembler les filets, pour la première fois en 15 matchs de Coupe d'Europe. Un but qui offre le point du nul à Lille. Si cela implique statistiquement que Wolfsburg doit perdre contre Everton, de préférence largement, puis contre le LOSC pour que le clubs français passe, dans la tête de Roux, cela veut dire bien plus. Forcément bénéfique pour un Lille en grande difficulté actuellement.
Des Dogues en hiver
Dans l'obligation de gagner, René Girard envoie un 4-4-2 en losange, avec Marvin Martin en soutien de Roux et Frey. Les Lillois mettent d'entrée le pied sur le ballon, et les Russes les pieds sur les pieds, histoire de montrer qu'ici, c'est la Russie. Une technique plutôt efficace. Ces derniers ouvrent d'ailleurs le score sur une action bizarre au possible, Pereyra se présentant seul face au but après deux relais de la tête dans l'axe, mais le but est annulé pour une obstruction d'Ari, en position de hors-jeu sur Basa. Ragaillardis, les Russes se mettent à contrôler les débats, tout en continuant leurs traditionnelles fautes. Heureusement, il y a toujours un retour Lillois, souvent de Balmont, ou une frappe non cadrée pour les...







...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant