Routiers : nouvel appel à la grève pour les salaires à partir de cette nuit

le
3
Routiers : nouvel appel à la grève pour les salaires à partir de cette nuit
Routiers : nouvel appel à la grève pour les salaires à partir de cette nuit

Les syndicats du transport routier lancent à partir de dimanche dans la nuit une grève à durée indéterminée. Objectif : pousser le patronat à revenir à la table des négociations salariales. Zones d'activités et centres de distribution pourront être visés par l'intersyndicale (CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC) dans la nuit de dimanche à lundi, en Bretagne et en Ile-de-France notamment, à moins que le patronat n'accepte d'ici-là de reprendre le dialogue rompu le 9 février.

«Maintenant, la balle est dans le camp des patrons, s'ils veulent vraiment négocier», lâche ainsi Thierry Cordier (CFDT Transports, majoritaire), désireux de reprendre les discussions le plus rapidement possible. Dans la semaine, l'organisation patronale des PME (OTRE) s'est dite «ouverte à la poursuite des négociations avec les organisations syndicales sur la base de propositions raisonnables». Les autres fédérations patronales, FNTR, TLF et Unostra, ne se sont pas jointes à cette main tendue. 

Les syndicats avaient auparavant revu leurs prétentions à la baisse, renonçant au plafond minimum de 10 euros bruts de l'heure réclamé pour les plus bas coefficients du transport routier (actuellement à 9,43 euros). «On a fait le job en faisant de nouvelles propositions, un peu à la baisse, pour essayer de trouver un cheminement de déblocage», reconnaît Thierry Douine (CFTC). «Maintenant on attend, les heures passent», ajoute-t-il, déterminé à se lancer dans le mouvement même si celui-ci ne conduira pas à «une France bloquée».

Des grilles de salaires bloquées depuis 2012

Les grilles salariales dans le transport routier de marchandises (près de 330.000 salariés fin 2013) sont bloquées depuis 2012. Depuis, la totalité des minima conventionnels est passée, à l'exception d'un seul, sous le salaire minimum. Dans leurs dernières propositions, la FNTR, TLF et Unostra se disaient prêtes à accorder une revalorisation portant les plus bas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dwarf59 le lundi 16 mar 2015 à 16:59

    donc je repete >>c'est dingue mm sur ces question actaulite on est EFFACE te plaisais pas ma reponse BIRMON :)).si un jour vous etes OBLIGE de compter vos sous pour vous payez a manger a la fin du moi vous penserez a moi :))

  • Corsair7 le dimanche 15 mar 2015 à 11:54

    Mettez la France en genoux et vous obtiendrez ce que vous voulez!.Nous sommes avec vous cher routiers.

  • birmon le dimanche 15 mar 2015 à 10:49

    Qu'ils se mettent en grève si ça leur fait du bien mais qu'ils n'entrave ne pas la liberté de circuler sur le réseau routier français.