Route du rhum - Yann Eliès : "toujours à la limite du chavirage"

le
0
Yann Eliès explique qu'avec les Ultimes, quand tu es proche des 100 % de ses performances, tu es toujours à la limite du chavirage.
Yann Eliès explique qu'avec les Ultimes, quand tu es proche des 100 % de ses performances, tu es toujours à la limite du chavirage.

Yann Eliès n'est pas seulement l'un des meilleurs skippers de sa génération. C'est aussi un battant, un combattant, capable de tout pour rester en course. Dernière preuve en date : la Solitaire du Figaro, une course qu'il définit comme "une histoire d'amour", "l'histoire de sa vie", là où il a commencé avant de s'imposer après treize participations. Vainqueur à deux reprises, il commence en tête lors de la première étape en juin dernier, avant de démâter et de dire adieu à toute chance de victoire finale. Pourtant, il parvient à récupérer un mât et, vaillant, remporte la deuxième étape. "Un peu têtu, un peu breton", comme il se définit, Yann Eliès est convié par le P-DG de Paprec Recyclage à disputer la Route du rhum. À bord de son Mod70 de 70 pieds (22 mètres), il devra s'atteler à dompter une machine dévolue à une navigation par équipe. Sur ces géants des mers - assurément la plus prestigieuse des catégories qui composent la Route du rhum -, la performance côtoie toujours le risque de chavirer. Mais il en faut plus pour impressionner celui qui s'était cassé le fémur lors du Vendée Globe en 2008. Yann Eliès est le genre d'homme à se confier avec sérénité et gentillesse, racontant sans prétention des aventures d'exception. Nouvelle illustration avec cet entretien pour Le Point.fr réalisé quelques semaines avant le départ. Retrouvez le mode d...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant