Route du rhum - Vincent Riou : "L'abandon, ça reste dur à avaler"

le
0
Vincent Riou, ici au port de Saint-Malo avant le départ, ne cache pas sa déception. Après un bon départ, il disputait déjà à François Gabart la tête de course dans la catégorie Imoca sur
Vincent Riou, ici au port de Saint-Malo avant le départ, ne cache pas sa déception. Après un bon départ, il disputait déjà à François Gabart la tête de course dans la catégorie Imoca sur

Les côtes bretonnes étaient déjà loin et le match était lancé. Un duel de chaque instant entre Vincent Gabart (Macif), toujours leader chez les Imoca - des monoplaces de 60 pieds (18 mètres) - et Vincent Riou (PRB). Les deux ont déjà gagné le Vendée Globe et assumaient leur position de favoris. Sauf que pour Vincent Riou, la course a tourné court. À cause d'une avarie survenue lundi après-midi, le skipper a dû mettre le cap sur Port-la-Forêt (Finistère) où son équipe l'attendait avant d'abandonner. En cause : la cloison de barre d'écoute de la grand-voile qui était arrachée sur toute la longueur. Encore "sous le coup de son abandon", le Breton a répondu aux questions du Point.fr, la voix tintée de déception et de regrets. Pendant l'interview, il se rend, pour la première fois depuis son retour sur terre, sur le site internet de la course afin de regarder les positions de chacun. "Je vais regarder leurs trajectoires, j'y ai tellement travaillé" soupire-t-il, avant de reprendre l'interview. Le Point.fr : Lundi après-midi, vous vous rendez compte de cette avarie. Comment cela s'est-il passé ? Vincent Riou : Je naviguais dans des conditions plutôt correctes, j'ai entendu un bruit fort à l'arrière. Je pensais que c'était le safran qui n'était pas en bonne position. J'ai mis mon harnais - ça secouait pas mal dehors - et j'ai repositionné le safran....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant