Rousseff accuse l'opposition d'inciter au coup d'Etat au Brésil

le
0

SAO PAULO, 14 octobre (Reuters) - La présidente brésilienne Dilma Rousseff a accusé mardi ses adversaires désirant lancer une procédure de destitution à son encontre de vouloir commettre un coup de force contre un pouvoir démocratiquement élu. S'exprimant lors d'un rassemblement syndical dans la soirée, Dilma Rousseff a déclaré que l'opposition cherchait "volontairement à provoquer un coup d'Etat" contre "un projet qui a réussi à sortir des millions de Brésiliens de la pauvreté". "Le caractère artificiel de leurs arguments est absolu, ils intoxiquent la population sur les réseaux sociaux", a poursuivi la présidente du Brésil. La cour des comptes brésilienne (TCU) a rejeté la semaine dernière les comptes publics de 2014 après avoir conclu que la présidente avait commis une série d'irrégularités pour camoufler une aggravation du déficit budgétaire alors qu'elle était en campagne pour sa réélection. ID:nL8N127515 L'opposition s'est saisie de cet avis pour tenter d'organiser un vote au Parlement susceptible de déboucher sur une procédure de destitution contre Dilma Rousseff. Cette dernière affirme que les éventuels écarts budgétaires de son gouvernement sont liés à ses efforts pour préserver les programmes sociaux à destination des plus pauvres malgré la détérioration du contexte économique. (Guillermo Parra-Bernal et Tatiana Ramil; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant