Round d'observation franco-allemand avant le sommet de Bruxelles

le
0
En imposant la croissance au menu des discussions lors du sommet du G8 aux États-Unis, François Hollande a contrarié la position d'Angela Merkel. Un débat qui devrait se poursuivre à Bruxelles, mercredi soir.

De notre envoyé spécial à Chicago

Au sommet du G8 de Camp David puis en marge de celui de l'Otan, à Chicago, François Holllande, chantre de la relance, aura, mine de rien, activement contribué aux tentatives d'isolement d'Angela Merkel, la vestale de la rigueur au sein de l'UE. Un petit jeu qui devrait se poursuivre à Bruxelles, mercredi soir, où les dirigeants européens se réuniront au-dessous du volcan grec pour examiner les voies et moyens d'un retour à la croissance. Isolée, la chancelière? «Ce serait caricatural de dire cela et cela ne faciliterait pas les choses», a réagi, samedi à Camp David, le président de la République, avec une fausse candeur. Les journalistes présents sur place ont retenu cette scène cocasse: au moment même où François Hollande s'entretenait avec la presse pour démentir toute mise sous pression d'Angela Merkel, celle-ci passait dans son dos sans même qu'il la remarque... Visiblement, la satisfaction du chef de l'État d'avoir

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant