Roumanie : les petits juges font trembler le Parlement

le
0
Il a fallu du temps et de multiples pressions de l'UE pour que la lutte anticorruption passe de la rhétorique à la pratique.

En 1941, après un tremblement de terre, l'ambassadeur de France à Bucarest recommanda à ses collaborateurs de surveiller de près la reconstruction de la chancellerie. Corruption et bureaucratie sont les deux mamelles de la Roumanie, avait-il averti. Les stéréotypes ont la vie dure. Aux confins des frontières orientales de l'Union européenne, la culture du bakchich, entretenue par la déliquescence du service public, continue, il est vrai, d'imprégner la société roumaine. Sans pot-de-vin, point de salut pour être mieux soigné, obtenir un diplôme ou amadouer un policier. Chaque année, près de 30 % des usagers des chemins de fer n'achètent pas de billet, préférant soudoyer les employés du rail. Après la chute du communisme, le passage au capitalisme associé à un hiatus institutionnel a surtout ouvert un boulevard à la grande corruption. La R...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant