Roubaix engage des détectives privés contre les dépôts d'ordures sauvages

le
0
Roubaix engage des détectives privés contre les dépôts d'ordures sauvages
Roubaix engage des détectives privés contre les dépôts d'ordures sauvages

Pour faire la chasse aux dépôts d'ordures sauvages, la ville de Roubaix (Nord) se tourne vers une solution originale. La mairie a en effet décidé de faire appel à des détectives privés ! «Il fallait changer de méthode», explique l'adjoint maire en charge de la propreté, l'UDI Grégory Wanlin. «Si on continue avec les mêmes méthodes, on aurait les mêmes résultats qui ne sont pas satisfaisants.»

Pour le moment, et comme le rappelle le quotidien La Voix du Nord, la ville de 95 000 habitants dispose d'une police du cadre de vie assermentée qui dresse environ 800 procès-verbaux par an pour sanctionner les auteurs de dépôts sauvages. Encore faut-il pouvoir identifier ces derniers. Un centre d'appels et une application baptisés Vivacité existent également et permettent aux habitants de signaler des nuisances.

Une mise en service du plan «avant l'été»

Mais, pour lutter contre la cinquantaine de lieux où sont régulièrement déposés des ordures, ces moyens ne sont plus suffisants pour l'adjoint au maire. «A un moment, le seul moyen, c'est de prendre les auteurs de dépôts sauvages en flagrant délit», affirme Grégory Wanlin. La police municipale n'étant pas autorisée à effectuer des «planques», la municipalité nordiste a donc opté pour les détectives privés.

Ainsi, après s'être assurée de la validité juridique du projet, la mairie procède actuellement aux auditions et à la sélection des détectives, pour une mise en service du plan «avant l'été». Le rôle de ces Sherlock Holmes des détritus sera d'établir des preuves pouvant identifier clairement les Roubaisiens indélicats, notamment par le biais de photos ou de vidéos «susceptibles d'informer le président d'un tribunal et de faire condamner un contrevenant qui aurait commis des infractions», selon Grégory Wanlin.

«On ne fait pas cela pour avoir des articles dans les journaux, notre but est que cela ait un vrai impact» sur la propreté de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant