Rothschild et Cie Gestion craint une bulle sur les obligations d'entreprises

le
0

(AOF) - Dans un récent commentaire de marché, Rothschild et Cie Gestion s'interroge sur le risque de bulle que la Banque centrale européenne fait peser sur le marché des obligations d'entreprises avec l'extension annoncée de son programme d’achats d’actifs. La semaine passée, le montant des nouvelles émissions s’est approché d’un niveau record, à plus de 30 milliards d’euros, constate le gestionnaire d'actifs.

"Le fameux CSPP de la banque centrale, qui n'entrera en vigueur qu'à partir du mois de juin, a dynamisé le marché obligataire primaire. Mais l'afflux des entreprises sur le marché se concrétise essentiellement par des émissions de maturité longue de 10, voire 15 ans, dans le compartiment investment-grade " remarque Emmanuel Petit, responsable de la gestion obligataire chez Rothschild & Cie Gestion. "En tant qu'investisseurs, nous restons très prudents vis-à-vis de ces nouvelles émissions investment-grade", précise-t-il.

En accentuant l'aplatissement de la courbe des taux, après l'avoir déjà écrasé sur les obligations souveraines, la BCE risque en effet de dégrader le profil rendement-risque des titres d'entreprises investment-grade. En clair, leur rendement à 10 ans va s'affaiblir alors que leur sensibilité au risque de taux va augmenter.

"Avec 250 millions d'euros d'achats d'obligations corporate par jour, la BCE aura les moyens d'envoyer les taux longs du marché du crédit au tapis. Les obligations investment-grade à 10 ans nous semblaient déjà trop chères avant que la BCE annonce ce programme, elles le sont encore plus aujourd'hui", conclut Emmanuel Petit chez Rothschild & Cie Gestion.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant