Rothschild & Cie Gestion voit toujours l'Europe payante

le
0
(NEWSManagers.com) - A l'occasion d'une conférence de presse consacrée à la stratégie d'investissement de Rothschild & Cie Gestion, Didier Bouvignies et Philippe Chaumel, respectivement directeur de la gestion et co-responsable de l'allocation d'actifs et de la gestion des portefeuilles actions et diversifiés, sont revenus sur les trois thématiques qu'ils privilégient actuellement. La première, ont-ils expliqué, consiste à rester exposée aux secteurs générateurs de " free cash flows" élevés et aux entreprises dont la croissance bénéficiaire par actions a été défaillante en 2010. Les sociétés en question offrent, selon la gestion, des perspectives positives compte tenu de leur possibilité d'utiliser désormais de façon plus agressive leurs liquidités. Les gérants, qui ont insisté sur l'écart de rémunération significativement plus important entre les secteurs concernés et l'actif sans risque depuis 2008, citent, entre autres, l'univers des télécoms et de la santé européen.
L'exposition au secteur bancaire constitue le deuxième thème privilégié par la gestion, ce qui en accroît encore la stratégie " contrarian" . Après avoir noté que la maison était longtemps restée sous-investi en matière de titres bancaires, Didier Bouvignies a relevé trois raisons justifiant un retour vers ce secteur. Tout d'abord, un impact finalement limitée de la crise de la dette souveraine sur les banques; un renforcement des fonds propres dont le coût sera répercuté sur les clientèles des établissements (activités " retail" , etc); enfin, la baisse à venir du coût du capital.
Le troisième thème de Rothschild &Cie Gestion est celui d'une grande sélectivité dans le choix des titres appartenant à l'univers des valeurs cycliques. En faisant preuve de prudence sur la chimie par exemple et en se focalisant sur les valeurs dont le redressement apparaît décalé dans le temps. A l'image d'entreprises issues du secteur des technologies ou du loisir-voyage.
Didier Bouvignies a rappelé le caractère contre-intuitif pour les investisseurs de ce début d'année 2011 où l'Europe et en particulier les pays du sud étaient à privilégier. La gestion a ainsi relevé l'attrait du marché italien (avec un prix sur l'actif net relatif Italie/Europe proche de 0,6) et a aussi noté qu'il fallait préférer les valeurs bancaires aux industrielles. Enfin, Didier Bouvignies a insisté sur les atouts du fonds Elan Euro Valeurs aujourd'hui, avec un vieux Continent en retard par rapport aux Etats-Unis. Dans le détail, au sein du portefeuille du fonds, les surpondérations sectorielles en 2011 par rapport à l'indice Euro Stoxx atteignent 9 % pour la banque, 5,3 % pour les medias et 3,4 % pour la technologie. A l'autre extrémité, la chimie, l'energie et l'alimentation sont souspondérées de 6,7 %, 3,2 % et 2,9 % respectivement. En matière de performances, le fonds a progressé de 6,88 % contre 4,48 % pour l'Euro Stoxx depuis le 31 décembre.
Une partie de la réunion a aussi été consacrée au fonds obligataire R Crédit. A ce titre, pour la gestion, 2011 devrait être une année " crédit" . En chiffres, depuis le début de l'année, l'indice obligataire iBoxx EUR Corporates a subi un effet duration qui a coûté 1,89 % tandis que l'effet crédit a rapporté 1,94 %. Alors que le fonds peut être investi en partie sur du high yield, Didier Bouvignies a émis des réserves sur l'intérêt de cette classe d'actifs actuellement dont la prime de risque est conforme à la moyenne historique. Si les obligations high yield sont désormais chères, les obligations " investment grade" sont, pour leur part, bien rémunérées, a noté Christophe Peyraud le gérant de R Crédit. Au sein du portefeuille très diversifié (210 lignes) et affichant une faible sensibilité (0,8 % contre 1,86 % pour l'indice de référence), la gestion privilégie les durations courtes et les financières plus rémunératrices que les cycliques et les défensives. Enfin, en matière de performances, le fonds a progressé de 5,48 % en 2010 et 2,49 % en 2011 au 21 avril, contre respectivement 3,06 % et 0,58 % pour son indice de référence.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant