Rothschild & Cie Gestion joue la carte des actions européennes

le
0

(NEWSManagers.com) - Rothschild & Cie Gestion reste fidèle à sa stratégie d'allocation d'actifs. Comme l'an passé, la société de gestion joue à plein la carte de la surpondération des actions européennes dans sa politique d'investissement. " L'environnement est très favorable en Europe à l'investissement en actions" , a jugé hier Didier Bouvignies, associé gérant et co-responsable de la gestion, à l'occasion d'un point presse. Ce dernier a évoqué des signes d'amélioration économique sur le vieux Continent et des valorisations toujours attractives. " La tendance sur les marchés doit rester favorable" , ajoute Philippe Chaumel, associé gérant et co-responsable de la gestion. " La prime de risque est très forte en Europe et nous constatons le début d'un mouvement de rattrapage des actions de l'Eurozone."

La société de gestion avoue sa préférence pour les titres des pays périphériques de la zone euro au détriment des pays " core" et elle privilégie également les sociétés en retournement plutôt que les titres de croissance qui " présentent des risques liés à des valorisations élevées, sensibles à une hausse de taux d'intérêts, et à une exposition aux pays émergents" . De fait, de manière globale sur les actions, " nous restons à l'écart des pays émergents et nous maintenons une exposition nulle à ces marchés" , indique Philippe Chaumel.

En revanche, Rothschild & Cie Gestion se montre " très prudente" sur les obligations. " Il y a encore un peu de spread à capter, explique Philippe Chaumel. Mais la tendance va être plus compliquée." Tout l'enjeu sera de réussir à capter du rendement tout en se protégeant contre une remontée des taux. Dans un tel contexte, Rothschild & Cie Gestion va davantage se positionner sur les dettes des pays périphériques que sur celles des pays " core" de la zone euro.

Interrogé sur le niveau de sa collecte nette en 2013, Rothschild & Cie Gestion est restée volontairement discrète. " 2013 n'a pas été une année de très forte collecte pour nous mais une année correcte" , a sobrement commenté Arnaud Perrier, son directeur commercial et marketing. Si la collecte nette a été légèrement positive à l'international et auprès des institutionnels français, Rothschild & Cie a reconnu avoir rencontré plus de difficultés sur le segment de la distribution externe (banque privée, fonds de fonds, CGP). Ses encours ressortent à ce jour à 23,5 milliards d'euros.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant