Rosetta : les dessous d'un gigantesque coup de pub

le , mis à jour à 07:00
0
Rosetta : les dessous d'un gigantesque coup de pub
Rosetta : les dessous d'un gigantesque coup de pub

Dans vingt ans, peu de gens se souviendront de son objet d'étude, la comète Tchourioumov-Guérassimenko, mais ils seront nombreux à se souvenir de Rosetta, du nom de la sonde européenne qui doit mettre fin aujourd'hui à sa mission de douze ans dans l'espace en allant s'écraser sur la comète Tchouri. Car, au-delà de la prouesse technologique, l'un des exploits de l'Agence spatiale européenne (ESA) est d'avoir su transformer une expérience scientifique en une aventure quasi humaine avec deux héros devenus planétaires, Rosetta et Philae. La mission a fait l'objet, en effet, d'une campagne de communication, notamment sur les réseaux sociaux, orchestrée à partir de la fin 2013, quelques semaines avant le « réveil » de la sonde, mise en hibernation durant une partie de son long voyage.

 

C'est à ce moment-là « que nous en avons posé la première brique de notre campagne grand public  », explique Markus Bauer, responsable de la communication au département sciences et explorations robotiques de l'ESA.

 

L'opération Réveillez Rosetta ! marque le début de l'histoire d'amour entre le grand public, Rosetta et Philae. La sonde et le petit robot sont affublés d'un compte Twitter parlant à la première personne du singulier. Une stratégie de personnification de l'odyssée spatiale empruntée à Curiosity, le robot martien de la Nasa, le tout premier à avoir eu son avatar digital, en 2004.

 

Point d'orgue de cette campagne de com de l'ESA, l'atterrissage rocambolesque le 12 novembre 2014 de Philae sur la comète, après une chute libre de sept heures live-tweetée, photos à l'appui, par Rosetta.

 

Comment Tuer Bambi

 

Pendant que ses photos — les premières jamais prises sur une comète — font le tour du monde, sur Terre, les équipes de l'ESA, dépassées par l'engouement suscité par leur engin, se demandent comment faire pour tuer Bambi, le surnom du petit robot, condamné car privé d'énergie solaire. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant