Rosenberg, le Hareng garde la pêche

le
0

Battu 3-2 à Celtic Park la semaine passée, Malmö FF reçoit ce mardi soir le Celtic Glasgow en barrage retour de la Ligue des champions. L'atout des Himmelsblått ? Markus "le Hareng" Rosenberg, un vieux briscard qui régale.

Merchant Square, Albion Street, mercredi dernier. Un taxi bleu dépose son client, nous sommes en plein centre ville de Glasgow. Intrigués par les caméras, des fans de Malmö FF, venus assister en Écosse au barrage aller qualificatif pour la Champions contre le Celtic, convergent vers la voiture. Surprise, l'homme qui ouvre la portière du taxi, c'est la vedette de leur équipe préférée, l'idole de toute une ville. Markus Rosenberg, 32 ans. Décontracté, le joueur porte sweat et short de ville, et serre les mains des fans intimidés. Markus se balade, tranquille ; ce soir, il ne pourra pas jouer, il est suspendu. Avec la complicité des cameramen du club, il a une surprise à faire. Le Suédois grimpe au premier étage d'un restaurant, enfile sa capuche et s'avance sur la terrasse qui surplombe le centre commercial. " Allo ? Allo ? Alloooooo ! " Mégaphone en main, Markus Rosenberg s'improvise capo et interpelle les dizaines de fans suédois qui ont fait du lieu leur quartier général de circonstance. Bientôt, ces derniers reprennent en chœur les chants à la gloire du Malmö FF.

Zlatan, nourrice et baroud d'honneur


Ce club, le numéro 9 en est le symbole. Une spécialité locale même, comme l'indique son surnom : " Sillen ", le Hareng. Après neuf saisons à l'étranger, Rosenberg est revenu à la maison en janvier 2014. Là où il est né, là où il a grandi, à l'instar de Zlatan Ibrahimović, qu'il voyait venir à l'entraînement en vélo durant leurs jeunes années (Rosenberg a un an de moins que Zlatan) chez les Himmelsblått. D'ailleurs, suivant les recommandations du Z, le meilleur buteur du championnat suédois 2004 est aussi parti très tôt à l'Ajax Amsterdam. C'était en 2005, à l'époque, les recruteurs rennais - adeptes des jeunes pépites scandinaves (Isaksson, Källström) - étaient aussi sur le coup pour s'emparer de l'étoile montante. Le gaillard ? Un garçon énergique, fixé sur le foot depuis que sa nourrice, Stina, attira l'attention des parents sur le talent du petit Markus, alors âgé de trois ans ; un avant-centre robuste (1,85 m, 76 kg) mais classieux, doté " d'une grande force de pénétration balle au pied et capable d'enchaîner…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant