Rooney, qu'est-ce qui cloche ?

le
0
Rooney, qu'est-ce qui cloche ?
Rooney, qu'est-ce qui cloche ?

Rooney or not Rooney, that is the question ? Le débat fait rage en Angleterre depuis la défaite contre l'Italie (2-1). Avec une question en toile de fond : Wayne Rooney est-il indispensable à la sélection anglaise ? Les avis sont partagés depuis la prestation sans relief de l'attaquant de Manchester United contre la Squadra Azzurra. Star de la Premier League, l'ancien joueur d'Everton est pourtant loin d'être prophète en son pays. Son statut de titulaire est de plus en plus remis en question par une presse et un public qui ne pardonnent rien à ses idoles. David Beckham pourrait le confirmer? Le numéro 10 anglais a été ciblé comme bouc-émissaire du revers anglais dimanche dernier. C'est pourtant bien lui qui avait offert une passe décisive à Daniel Sturridge. Il manquera ensuite une énorme occasion, « tournant de la rencontre » pour Thierry Henry, et frappera également un corner dans les tribunes, devenant rapidement la risée des médias locaux et des réseaux sociaux. Placé à gauche de l'attaque pour faire de la place aux joueurs de Liverpool (Sterling et Sturridge), Rooney s'est comme souvent beaucoup battu mais son positionnement ne le sert pas. L'attaquant anglais aime l'axe. C'est bien évidemment là où il est le plus performant.

Les critiques de Scholes

Reste à savoir quelle solution Roy Hodgson va choisir face à l'Uruguay. Faire confiance à la même équipe ou prendre une décision radicale et mettre la star de la sélection sur le banc. Ce serait « culotté », même si certains anciens cadres des Three Lions ne trouveraient pas ça scandaleux. « Je ne dis pas que Wayne doit être écarté mais si sa forme ne s'améliore pas, je suis curieux de voir si l'encadrement aura les c... de le faire », avait glissé en mai dernier son ancien coéquipier à Manchester, Paul Scholes. Pas certain que cela fasse plier Roy Hodgson malgré la vindicte populaire. Le sélectionneur anglais a tout de même qualifié la défaite contre l'Italie de « meilleur match de l'Angleterre » depuis qu'il est en place. Une sacrée référence. On le voit donc mal chambouler une équipe qui a séduit par moments. Pourtant, les statistiques sont implacables. En trois Coupes du Monde (2006, 2010 et 2014), Wayne Rooney n'a toujours pas inscrit le moindre but pour son équipe. Inquiétant pour un joueur qui compte tout de même 39 buts en 93 sélections.

Un entraînement avec les remplaçants?

Mais comme souvent, l'Anglais ne lâche pas. Au c?ur d'une saison compliquée à Manchester United (où il a tout de même inscrit 19 buts et donné 17 passes décisives toutes compétitions confondues), l'intéressé a su rester mobilisé malgré le départ de Sir Alex Ferguson et l'échec de David Moyes. Lundi, il s'est entraîné avec les remplaçants. La presse anglaise s'est rapidement emparée de l'affaire pour supputer un passage de témoin. Mais la Fédération anglaise a rapidement réagi en expliquant qu'il s'agissait d'une demande de Wayne Rooney. Au sein de son staff, on semble encore lui faire confiance. « Wayne peut-il jouer à gauche ? Je l'ai vu évoluer à gauche dans des matchs de l'Angleterre, je l'ai vu jouer aussi pour Manchester United à gauche, a confié Gary Neville, adjoint de Roy Hodgson, à la chaîne ITV. Il y a joué je ne sais pas combien de fois ces six ou sept dernières années parce que vous devez adapter différents joueurs et différents systèmes. C'est un joueur d'équipe. Il se sacrifiera lui-même pour l'équipe. » Suffisant pour enfin débloquer son compteur en Coupe du Monde ?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant