Ronaldo sort le Portugal du piège arménien

le
0

Le Portugal s'impose 3-2 dans le match des communautés, grâce à un triplé de Cristiano Ronaldo. Carvalho était là pour l'histoire, Mkhitaryan pour la première mi-temps, mais la technique kamikaze des Arméniens n'aura fonctionné que 30 minutes.

Arménie 2-3 Portugal

Buts : Pizzelli (14e) et Mkoyan (72e) pour l'Arménie / Ronaldo (29e sp, 55e et 58e) pour le Portugal

Mkhitaryan à gauche, Mkhitaryan à droite, Mkhitaryan par-dessus. Et dire qu'il y a trois mois, le bonhomme ne touchait plus un ballon au Borussia Dortmund. Délaissant le temps d'un soir sa tunique jaune habituelle pour un maillot rouge sang, le milieu de terrain se la joue Midas dans le premier quart d'heure, transformant le cuir en or à coup de transversales et passes en profondeur. Dès la troisième minute, première pique du Borussen sur la poitrine de Ghazaryan, qui loupe son contrôle de la poitrine devant Rui Patricio. Le rythme est élevé et le ton donné : l'Arménie ne fera pas dans le détail. Dans un ersatz de kick and rush anglais, Mkrtchyan s'occupe de la relance et balance de long ballons sur la tête de Sarkisov, un peu trop seul sur le front de l'attaque. Le milieu portugais peine à s'imposer dans le premier quart d'heure, la faute à un Moutinho trop transparent et un Tiago qui peine à faire le liant vers l'attaque. Cristiano Ronaldo, placé en pointe en l'absence récurrente de 9 de choix, est aussi impuissant que ses partenaires devant le pressing absolu des Arméniens et les contre-attaques éclairs qui en découlent. Une domination d'ailleurs récompensée sur un superbe coup franc de Marcos Pizelli à la 14ème, sur lequel Rui Patricio, qui avait anticipé le centre et placé un unique joueur dans le mur, n'est pas exempt de tout reproche : 1-0 pour Aznavour.

Et Ronaldo s'éveilla


Le jeu est enlevé, le milieu lusitanien peine à poser le jeu et subit la tactique kamikaze des hommes en blancs. Mais l'erreur vient finalement du joueur le plus en vue jusque là : Mkhitaryan faute sur Moutinho dans la surface avant la demi-heure, Ronaldo transforme le pénalty et devient le meilleur buteur européen de l'histoire des phases qualificatives avec 24 pions. Le rapport de force s'inverse progressivement dans le coeur du jeu, même si le danger ne s'éloigne jamais très longtemps du but de Rui Patricio, notamment sur ce bon mouvement collectif côté droit (36e). C'est donc un bon premier acte que vient interrompre un jeune streaker à la foulée décidément bien rapide, juste avant que Coentrao, pas en réussite dans ses centres, ne prennent sa chance de loin (43e).

De retour sur le terrain après la pause, le jeu semble…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant