Ronaldo le Corinthien

le
0
Ronaldo le Corinthien
Ronaldo le Corinthien

Après quinze années passées à écumer les plus grands clubs européens, Ronaldo s'est offert un chant du cygne au Brésil. Deux saisons et quelques chez les Corinthians marquées par quelques réussites, mais gâchées par le pêché originel de la banane qu'il a mise à son club de cœur, le Flamengo.

Ronaldo n'aurait pas pu d'en aller comme ça. Une blessure -une de plus- en trois minutes face à Livourne, une opération du genou -une de plus-, et une indisponibilité de plusieurs mois -une de plus- allaient donc avoir raison de Il Fenomeno ? À 31 ans, la carrière de l'alors meilleur buteur de l'histoire de la Coupe du monde, compétition qu'il a remportée deux fois, allait donc s'arrêter là ? Dans le froid de ce mois de février 2008, avec un maillot du Milan AC sur le dos, club avec lequel il disputait seulement son vingtième match ? Allons. Ronaldo n'avait pas le droit. Le destin avait été tellement salaud avec lui, que la moindre des choses était de lui offrir une jolie dernière page, de préférence au pays, au Brésil. Les rumeurs l'envoient au PSG, ou à Manchester City.


Mais Ronaldo n'est pas un vulgaire trophée de guerre pour milliardaires capricieux, et préfère le retour aux sources. Né à Bento Ribeiro, au Nord-Ouest de Rio de Janeiro, Ronaldo Luis Nazário de Lima n'aura en définitive que très peu profité du Brésil. Il l'a même quitté dès 17 ans, après avoir montré que ses premiers clubs, le São Cristóvão puis Cruzeiro, étaient trop petits pour son talent fou. Un départ au PSV Eindhoven plus tard, et le voilà envolé pour toujours, ou presque. Quatorze ans après avoir pris son aller pour le Vieux continent, Ronaldo valide donc le retour. Avec un genou en vrac, il n'a pour l'instant droit qu'aux tribunes, ce qu'il fait très bien en assistant le 13 avril à la demi-finale du championnat de Rio entre Botafogo et Flamengo. En ayant enfilé un t-shirt à l'origine de tous les fantasmes.

La trahison finale


Au Maracanã, en toute sérénité, Ronaldo prend place avec un tricot floqué " J'aime Fla ". Juste après cet épisode, il se fait griller en voiture avec un maillot du club. Le troisième étage de la fusée est lancé en juin 2009 quand on annonce que Ronaldo s'entraîne avec le Flamengo, et qu'il entretient

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant