Ronaldo et Neymar brillent, l'Equateur épate

le
0
Ronaldo et Neymar brillent, l'Equateur épate
Ronaldo et Neymar brillent, l'Equateur épate
Ils ont ébloui la soirée

Ils sont deux stars déjà confirmées du championnat espagnol qui appliquent le même tarif lorsqu'ils enfilent leur maillot d'internationaux. Mercredi soir, Cristiano Ronaldo et Neymar ont marqué des buts et les esprits lors des matchs amicaux de préparation au Mondial 2014. L'attaquant du Real Madrid est tout simplement devenu le meilleur buteur de la sélection portugaise (ndlr : il devance désormais Pedro Miguel Pauleta avec 49 buts) après avoir inscrit un doublé lors de la large victoire contre le Cameroun (5-1) à Leiria. Quant au buteur du FC Barcelone, il s'est offert un récital contre l'Afrique du Sud. Une frappe du gauche, un lob astucieux et un but d'opportuniste à l'issue d'une action collective magnifique sont venus ponctuer la soirée sans fausse note de l'ancien joueur de Santos. Moins impressionnant mais tout aussi précieux, l'Angleterre de Daniel Sturridge l'a emporté sur la fin contre le Danemark de Simon Kjaer. Et l'attaquant de Liverpool a marqué son douzième but en douze matchs, club et sélection confondus. Il sera l'arme offensive numéro un de Roy Hodgson cet été au Brésil.

Ils ont étonné

En bien ou en mal, certaines équipes ont marqué la soirée de mercredi. Les favoris pour le titre mondial cet été ont connu des fortunes diverses. Si l'Allemagne de Joachim Löw l'a emporté face au Chili (1-0, but de Mario Götze), la Mannschaft a été sifflée par le public de Stuttgart. Assez rare pour être signalé. Malgré une équipe type alignée sur la pelouse de Bucarest, l'Argentine est restée muette face à la Roumanie (ndlr : Ezequiel Lavezzi n'a joué qu'un quart d'heure). Si Lionel Messi a donné des signes inquiétants en vomissant au bout de 7 minutes de jeu, le gardien de Monaco, Sergio Romero, a été plutôt à son avantage. L'occasion peut-être de titiller le Croate Danijel Subasic dans le but monégasque. Ce dernier a lui encaissé deux buts face à la Suisse d'Ottmar Hitzfeld (2-2). Future adversaire des Bleus cet été dans le groupe E, la Nati a brillé offensivement grâce à son buteur d'origine croate, Jospi Drmic, mais a montré des signes de fébrilité défensive qui pourront donner des idées à Didier Deschamps. Le sélectionneur français visionnera sûrement aussi la performance d'un autre prochain adversaire, l'Equateur. La Tri a tout simplement réalisé un petit exploit en battant l'Australie (4-3) à Londres. Non pas que les Socceroos soient une équipe redoutable - les Bleus savent de quoi ils parlent - mais gagner un match après avoir compté trois buts de retard marque une équipe du sceau de la confiance. L'équipe de France devra prendre très au sérieux cette formation sud-américaine le 25 juin prochain au Maracana.

Ils ont déçu

La Colombie et la Belgique en tête. Sous les yeux de Radamel Falcao, venu encourager ses partenaires, les hommes de José Pekerman ont livré une prestation sans saveur face à la Tunisie de Wahbi Khazri, mercredi à Madrid. C'est d'ailleurs le joueur de Bastia qui a permis à son équipe d'arracher le nul après l'ouverture du score sur penalty du Monégasque James Rodriguez. A noter la boulette du Niçois David Ospina sur le but des Aigles de Carthage. Annoncé absent de la feuille de match, Saber Khalifa, l'attaquant de l'OM, forfait sur blessure face au PSG, est finalement entré en jeu en seconde période. Voilà qui devrait déplaire aux dirigeants du club phocéen qui comptent sur lui du fait de la suspension d'André-Pierre Gignac face à Nice vendredi soir (28eme journée de L1). Opposée à la Côte d'Ivoire de Didier Drogba, la Belgique de Marc Wilmots a concédé le nul après avoir mené 2-0 à un quart d'heure de la fin de la rencontre. Didier Drogba et Max-Alain Gradel, dans le temps additionnel, sont les buteurs ivoiriens de la soirée. Sans Eden Hazard au coup d'envoi (il est entré à l'heure de jeu), les Diables Rouges avaient parfaitement entamé la rencontre avant de manquer de réalisme et surtout de maîtrise en fin de rencontre. Un avertissement sans frais et une leçon à méditer pour les Belges. Si l'Espagne l'a emporté face à l'Italie dans le choc de la soirée internationale, la prestation de la Roja et de la Squadra Azzurra n'a pas enthousiasmé. Comme souvent, Iniesta et ses partenaires ont confisqué le ballon mais ils n'ont eu que rarement l'occasion de créer le danger. Seul Pedro réussira finalement à percer le verrou italien malgré la présence de Thiago Motta au coup d'envoi. A noter que Diego Costa a disputé son premier match avec l'Espagne et que Marco Verratti n'a pas joué la moindre minute. Onde négative avant le Mondial ? L'avenir le dira.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant