Ronaldinho-Okocha, la fausse promesse d'un duo d'artistes

le
0
Ronaldinho-Okocha, la fausse promesse d'un duo d'artistes
Ronaldinho-Okocha, la fausse promesse d'un duo d'artistes

Leur talent incommensurable devait mener le PSG à des hauteurs inespérées. Lors de la saison 2001-2002, l'unique qu'ils disputent côte à côte, Ronaldinho et Okocha éveillent les fantasmes les plus démesurés. Mais l'alchimie n'aura finalement jamais lieu entre deux joueurs au talent pourtant inouï. Retour sur un rendez-vous manqué.

Les yeux rivés, presque écarquillés devant la pièce de théâtre qui se tient devant eux, ils pensent assister aux prémices d'une complicité évidente. Ce 25 août 2001, les 40 756 spectateurs tassés dans le Parc des Princes saluent l'entrée du second artiste. Il est Brésilien, prometteur, le visage juvénile, les dents de devant déjà prégnantes mais encore méconnu du grand public. Peu avant l'heure de jeu, Ronaldinho remplace son compatriote Alex et rejoint sur le pré un autre joyau déjà bien connu au sein de la capitale. Un certain Augustine Okocha. Seulement six minutes après son entrée en scène, la promesse auriverde est sollicitée côté droit sur une transversale de Cristóbal. Ronnie fixe Julien Escudé avant de servir Jay-Jay dans l'axe. Le Nigérian répond à l'instinct en claquant une frappe à ras de terre croisée. Paris vient d'ouvrir la marque contre Rennes et de dessiner les contours d'un futur succès incontestable (3-0). Le début, aussi, du règne de deux phénomènes ?

Youtube
Le Paris Saint-Germain en a fantasmé. Il n'en sera finalement rien. Au gré de multiples circonstances, le mariage tant attendu lors de l'exercice 2001-2002 entre Ronaldinho et Okocha n'a pas eu lieu. "J'aurais aimé que les deux jouent plus souvent ensemble, ça aurait été spectaculaire. Un duo magnifique."Luis FernandezUne promesse jamais matérialisée qui laisse encore aujourd'hui l'impression palpable d'un réel gâchis. "Comment ne pas vouloir faire jouer ces deux garçons ensemble ? pose en préambule Luis Fernandez, coach parisien à l'époque. J'aurais aimé que les deux jouent plus souvent ensemble, ça aurait été spectaculaire. Un duo magnifique. C'est certain qu'on aurait aimé que ça fonctionne tous les deux ". Jérôme Alonzo, ex-partenaire de ceux qu'il juge comme des "génies du ballon", livre un constat également empreint de frustration : "Le football des deux hommes aurait dû nous amener dans des sphères inimaginables. Mais, finalement, avec le caractère des deux, c'est plutôt logique. Sur le long terme, cela ne pouvait pas faire qu'on explose tout comme on aurait dû le faire".…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant