"Ronaldinho m'a appelé, il voulait me voir à San Siro"

le
0
"Ronaldinho m'a appelé, il voulait me voir à San Siro"
"Ronaldinho m'a appelé, il voulait me voir à San Siro"

Soufiane Touzani, vous l'avez sans doute tous vu sur les réseaux sociaux. Il met à l'amende les jeunes de Dortmund, de City ou de la Juve. Il est l'un des pionniers dans le monde du freestyle à partager ses vidéos sur internet. Mais pas que.

Sofiane, comment as-tu débuté le football ? La première fois que j'ai vu une balle, je devais avoir deux, trois ans, et depuis j'en suis devenu fou. Et quand j'ai eu six ans, mon père m'a inscrit dans mon premier club. Ce que j'aimais dans le football, c'est que j'étais tout le temps dehors. Même s'il n'y avait personne avec moi, ça m'était égal. Ce que je voulais, c'était le ballon. Dès qu'il y avait d'autres enfants qui venaient, on faisait des matchs. Mais si j'étais seul, je trouvais le moyen de m'amuser en essayant de faire de beaux gestes. Et tout servait de support pour jouer. Le ballon me faisait aller n'importe où, il me dirigeait.
Tu joues dans des petits clubs jusqu'à tes 18 ans et ensuite tu rejoins la branche amateur du SC Feyenoord, c'est ça ? Oui, c'est ça. J'y étais plus par plaisir, mais c'est là où j'ai pu me montrer. D'ailleurs, plusieurs clubs étaient intéressés. Le Feyenoord, bien sûr, ou le Sparta Rotterdam. Et à cette période, je sentais une gêne horrible au niveau du dos. Je suis passé à l'infirmerie et malheureusement, on me découvre une scoliose qui m'oblige à faire une croix sur mes rêves de professionnel. Mais c'est aussi grâce à ça que je suis devenu véritablement freestyler.
Je suppose que lorsqu'on t'a annoncé la nouvelle, ça a dû te faire mal… J'étais abattu, triste et déçu. Mon rêve absolu était de devenir professionnel, et ça ne pouvait pas être le cas. Mais j'ai quand même eu de la chance, car même avec ma scoliose, j'ai commencé à m'entraîner, à faire des tricks. La douleur m'empêchait de devenir compétitif à un certain niveau, sauf que j'avais eu le feu vert des médecins pour pouvoir faire des petites figures. Durant une ou deux ans de ma vie, la seule chose que je pouvais faire, c'était jongler. Tu imagines la frustration, alors que tu aspirais à une véritable carrière ? Mais, au fil du temps, j'ai pu développer mes qualités de freestyler.
Tu es le pionnier de cette discipline, tu as commencé au début des années 2000 et tu es l'un des premiers à poster tes vidéos sur YouTube. Comment c'est arrivé ? [DIV…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant