Roms : Valls assume et juge les critiques de Duflot "insupportables"

le
0
Manuel Valls et Cécile Duflot à Matignon, le 20 septembre 2013.
Manuel Valls et Cécile Duflot à Matignon, le 20 septembre 2013.

Ses propos sur les Roms ont créé un vif débat au sein de la majorité. La charge la plus violente est venue de Cécile Duflot, qui a accusé jeudi son collège de l'Intérieur d'être allé "au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain". Dimanche, sur BFM TV, Manuel Valls a répondu de façon plus directe à la ministre écologiste. "J'ai entendu des propos insupportables, que je mettais en cause le pacte républicain, que j'étais sur les thèses de Le Pen", a déclaré le ministre, citant également une comparaison avec la période de la Seconde Guerre mondiale. Le ministre de l'Intérieur a répété ses propos, expliquant que le rôle d'un responsable politique était d'"assumer". "Les Roms ont vocation à rester en Roumanie ou à revenir en Roumanie", a-t-il réaffirmé. Après la ministre du Logement, le ministre de l'Économie sociale Benoît Hamon, représentant de l'aile gauche du PS, a regretté samedi que "certains s'égarent dans des formes de transgression qui ne [lui] plaisent pas". "La gauche ne renoncera jamais à l'idée d'intégrer progressivement une population", a-t-il déclaré lors de la réunion du courant du PS "Un monde d'avance" à Vieux-Boucau, dans les Landes. Le député socialiste des Landes Henri Emmanuelli a pour sa part mis en garde "Manuel" : "Il y a des lignes à ne pas franchir et des barrières à ne pas sauter. Il est facile de surfer sur les opinions majoritaires, mais c'est très dangereux." Lire notre article "Les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant