Roms : pourquoi Ayrault se cache la vérité

le
0
Évacuation d'un camp à Saint-Fons, près de Lyon, en septembre 2013.
Évacuation d'un camp à Saint-Fons, près de Lyon, en septembre 2013.

Jean-Marc Ayrault croit éteindre l'incendie entre Valls et Duflot à propos des 15 000 à 20 000 Roms séjournant en France en s'abritant derrière la circulaire interministérielle du 26 août 2012 relative à l'évacuation des camps et qui prévoit un diagnostic social des populations en amont des évaluations et un accompagnement en aval. Le Premier ministre fait partie de ses hommes politiques qui pensent que la circulaire éteint les problèmes, que le travail est achevé quand l'encre sèche dans les palais nationaux. Mais sur le terrain, que deviennent les textes ?

Or, Jean-Marc Ayrault ne s'est pas soucié de la manière dont cette circulaire, signée par Manuel Valls et Cécile Duflot, a été appliquée par les préfets. Selon nos informations, dès le mois de mars, Dominique Baudis, le Défenseur des droits, a tenté à plusieurs reprises d'alerter Jean-Marc Ayrault. Celui-ci est resté sourd à ses appels et, quand il a su que Baudis souhaitait le contacter à propos des Roms, Jean-Marc Ayrault n'a pas retourné ses appels.

Une circulaire largement ignorée

Le 24 juin, le Défenseur des droits a donc adressé à Matignon un bilan d'application de la circulaire du 26 août. Matignon a accusé réception, mais le rapport n'est pas remonté jusqu'au Premier ministre... Dans quel tiroir ou au fond de quelle corbeille à papier a-t-il fini ?

Le Défenseur des droits démontre que ladite circulaire n'a pas été uniformément appliquée sur le territoire....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant