Roms : pour le défenseur des droits, le gouvernement n'applique pas sa circulaire

le
1
Roms : pour le défenseur des droits, le gouvernement n'applique pas sa circulaire
Roms : pour le défenseur des droits, le gouvernement n'applique pas sa circulaire

Le défenseur des droits Dominique Baudis a accusé vendredi le gouvernement de ne pas appliquer une circulaire du 26 août 2012 encadrant le démantèlement des camps de Roms. «Cette circulaire interministérielle d'août 2012 n'est pas appliquée dans tous les cas, loin s'en faut», a-t-il déclaré en ouverture d'un colloque sur le sujet à l'Assemblée nationale.

«Trop souvent les évacuations se produisent sans décision de justice préalable. Trop souvent le délai des trois mois entre le jugement et le démantèlement n'est pas respecté», bien que ce délai soit «nécessaire» pour réaliser les diagnostics des populations, a-t-il ajouté. La circulaire en question prévoit un diagnostic social des populations en amont des évaluations et un accompagnement en aval.

Plus de 5.000 Roms évacués en trois mois, selon la LDH

Faisant écho aux propos de Baudis, de son côté, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) dénonce ce vendredi des «évacuations violentes, brutales et inutiles». La LDH estime à 5000 le nombre de Roms évacués de leurs campement au troisième trimestre 2013.

En tout, «il y a eu 56 évacuations perpétrées par les forces de l'ordre concernant 5.003 personnes, et 5 évacuations suite à un incendie affectant 500 personnes», précise la LDH dans un communiqué. «Ces expulsions interviennent sans solution alternative crédible de relogement ni d'accompagnement social», déplore l'ONG, qui demande «l'arrêt immédiat de cette politique».

La LDH a observé aussi «un nombre croissant de bidonvilles qui sont abandonnés par les habitants avant l'intervention des forces de l'ordre, pour éviter les traumatismes et la perte de leurs biens».

Baudis «confronté au silence» du gouvernement

En juillet, Baudis avait déjà formulé des recommandations. «Hélas, à ce jour, nous n'avons toujours pas de réponse» de Matignon, a-t-il regretté. «Confronté à ce silence (...), j'ai relancé le Premier ministre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4760237 le vendredi 27 sept 2013 à 12:04

    Oh, que le gouvernement se prend les pieds dans le tapis !