Roms : le maire UMP de Roquebrune condamné à un an d'inéligibilité

le
1
Roms : le maire UMP de Roquebrune condamné à un an d'inéligibilité
Roms : le maire UMP de Roquebrune condamné à un an d'inéligibilité

Pour ses propos anti-Roms, le maire UMP de Roquebrune-sur-Argens (Var), Luc Jousse, a été condamné lundi à un an inéligibilité et 10 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Draguignan. Il a fait appel de cette condamnation. Quelques mois avant sa réélection, l'élu varois avait créé une vaste polémique. Lors d'une réunion publique le 12 novembre 2013, il avait déploré publiquement que les secours soient arrivés assez «tôt» pour éteindre un incendie qui menaçait un camp de gens du voyage.

Au cours de cette réunion - enregistrée par un participant et diffusée par Mediapart - le maire avait dénoncé des vols et départs d'incendie qu'il attribuait aux Roms. «Je vous rappelle quand même que les gens du voyage, que dis-je, les Roms, m'ont mis neuf fois le feu», commence Luc Jousse. Et de poursuivre : «Le dernier, ils se le sont mis eux-mêmes. Vous savez ce qu'ils font : ils piquent des câbles électriques et après ils les brûlent pour récupérer le cuivre et ils se sont mis à eux-mêmes le feu dans leurs propres caravanes ! Un gag ! Ce qui est presque dommage c'est qu'on ait appelé trop tôt les secours ! »

Des propos qui avaient fait s'esclaffer la salle, mais pas l'UMP qui avait suspendu l'élu durant quelques semaines. L'élu avait alors crié à la «manipulation politique». Admettant «une erreur», il s'était défendu en expliquant avoir répété les «propos de quelqu'un du public». Fin janvier, les instances nationales de l'UMP avaient finalement décidé de ne pas l'exclure et de le réinvestir comme candidat pour les élections municipales de mars lors desquelles il a été réélu pour un troisième mandat. 

VIDEO. Luc Jousse se défend après son dérapage sur les Roms (5/12/13)

Luc Jousse a d'autres condamnations à son actif. En juillet, il a été condamné par le tribunal correctionnel de Draguignan à 5 ans d'interdiction de droits civiques et 20 000 euros d'amende pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le lundi 17 nov 2014 à 18:01

    C'est le monde à l'envers.