Roms : le casse-tête de Manuel Valls

le
2
INFOGRAPHIE- L'incendie mortel dans un squat à Lyon lundi révèle les limites de l'action de l'État qui ne parvient ni à reloger ni à expulse.

Roumains, Bulgares, Hongrois, Slovaques... Le dossier Roms, qui marqua les débuts de Manuel Valls au gouvernement, sous le signe de la fermeté, devient de plus en plus épineux pour le ministre de l'Intérieur. Dans la nuit de dimanche à lundi, dans une usine désaffectée, à Lyon, trois membres de cette communauté itinérante ont péri dans les flammes: deux femmes et un enfant, selon un bilan provisoire. Trois cents personnes avaient squatté les lieux et logeaient sous les toits de ces locaux insalubres.

L'hôte de Beauvau s'est aussitôt rendu sur place avec la garde des Sceaux, Christiane Taubira. Après avoir exprimé son «sentiment de profonde tristesse», Manuel Valls a rappelé que «ces squats, comme les campements de fortune, doivent être évacués chaque fois qu'ils présentent, ici comme ailleurs, de vrais dange...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M935678 le lundi 13 mai 2013 à 23:31

    mauvais jeu de mot, il ne le fait pas encore.Il gaze pour l'instant seulement.

  • M1531771 le lundi 13 mai 2013 à 21:39

    Et de la société Française hélas, les Roms n'ont rien à faire en France, absolument rien, ils n'ont aucune volonté de s'intégrer et ne respectent rien ! Dehors, un point c'est tout, dehors !