Roms : l'erreur de Manuel Valls

le
0
Manuel Valls, ministre de l'Intérieur.
Manuel Valls, ministre de l'Intérieur.

France Inter : Les Roms, c'est l'obsession de Manuel Valls...Charlotte Chaffanjon : Chez lui, la question des Roms, ce n'est pas simplement le sujet polémique du moment. Il faut rappeler que c'est une fixette depuis qu'il est ministre de l'Intérieur. Je vous le prouve en trois dates. 31 juillet 2012 : il revendique le "démantèlement des campements de Roms". 15 mars 2013 : il assure que "les Roms ne souhaitent pas s'intégrer dans notre pays". Et puis 24 septembre, sur France Inter, il dit : "Les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie." Un important ministre confie, un peu effondré : "Les Roms, ce sont 20 000 personnes, il faut qu'il arrête..." Mais Manuel Valls n'a pas l'air de vouloir baisser la pression.Sur ce dossier des Roms, Manuel Valls va-t-il trop loin ?Reconnaissons que ses déclarations ont le mérite de la clarté. Mais, à gauche, la tradition est plutôt à l'hospitalité, à la solidarité, à l'accueil. Ne pas tenter de faire preuve de compassion, au moins pour la forme, est une erreur. Rien que parce que le but ultime de Valls est d'être président de la République. Là, il se coupe d'une partie de l'électorat de gauche dont il aura besoin pour réaliser son rêve. Et puis, il étouffe lui-même les autres sujets qui le concernent. D'après lui, les chiffres de la délinquance sont en baisse depuis qu'il est place Beauvau. Mais qui s'y intéresse ? Pas grand monde.Pourtant, bon nombre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant