Rome veut un débat sur les sanctions contre Moscou

le
1
    BRUXELLES, 9 décembre (Reuters) - Rome a contre toute 
attente demandé mercredi à ce que les sanctions économiques qui 
visent Moscou en raison de son soutien à la rébellion dans l'Est 
ukrainien fassent l'objet d'un débat et qu'elles ne soient pas 
automatiquement prorogées. 
    Les représentants européens qui se réunissaient mercredi 
pour se pencher sur ces sanctions entendaient initialement 
prolonger leur validité sans en débattre après qu'un accord en 
ce sens eut été conclu le mois dernier entre dirigeants du bloc 
lors du sommet du G20 organisé en Turquie. 
    Selon des diplomates en poste à Bruxelles, Rome ne se 
satisfait plus de cette solution. 
    Or, le régime de sanctions qui vise la Russie expire fin 
janvier, un mois après la date butoir fixée dans les accords de 
Minsk conclus en février dernier entre Moscou, Kiev, Berlin et 
Paris. 
    Des diplomates ont déclaré à Reuters que les ambassadeurs 
des 28 pays de l'Union pourraient tenter de renouveler les 
sanctions dès jeudi après une courte discussion à moins que le 
sujet ne se retrouve au menu de la prochaine réunion des 
ministres européens des Affaires étrangères programmée le 14 
décembre prochain à Bruxelles. 
    Il n'est pas non plus exclu qu'après la position exprimée 
mercredi par Rome, la question des sanctions soit repoussée à la 
réunion des dirigeants européens prévue, à Bruxelles également, 
les 17 et 18 décembre. 
    De nombreuses chancelleries européennes auraient préféré 
faire l'économie de ce débat, de crainte qu'il ne rouvre des 
querelles sur la manière d'aborder le conflit diplomatique entre 
l'Union et la Russie, principal fournisseur d'énergie de 
l'Europe. 
 
 (Robin Emmott et Gabriela Baczynska,; Nicolas Delame pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm il y a 12 mois

    Tiens, il yy en a en euroipe qui se reveillent et de posent des questions plutot que de betement suivre ce qui dit l'Oncle Sam...