Rome va mettre fin à sa mission de sauvetage de migrants en mer

le
0
ROME VA METTRE FIN À SA MISSION DE SAUVETAGE DE MIGRANTS EN MER
ROME VA METTRE FIN À SA MISSION DE SAUVETAGE DE MIGRANTS EN MER

ROME (Reuters) - Les autorités italiennes ont annoncé vendredi la fin prochaine de l'opération Mare Nostrum visant à porter secours aux migrants qui tentent de traverser la Méditerranée en provenance d'Afrique ou du Proche-Orient.

Le ministre de l'Intérieur, Angelino Alfano, a précisé que l'opération laisserait place à une mission menée et financée par l'Union européenne.

"Mare Nostrum (ndlr, notre mer) s'achève parce que c'était une opération d'urgence", a expliqué le ministre, ajoutant que la mission avait coûté 114 millions d'euros à l'Italie.

L'opération avait été lancée il y a un peu plus d'un an par la marine italienne à la suite de la mort de plus de 360 migrants dans un naufrage au large de l'île sicilienne de Lampedusa.

Le déploiement en patrouilles permanentes de cinq bâtiments de guerre, appuyés par des hélicoptères et des avions et drones de surveillance, a permis de porter secours à plus de 100.000 migrants.

Dans le même temps, quelque 3.300 candidats à l'exil ont perdu la vie en Méditerranée, selon le HCR.

La mission européenne Triton, qui prendra le relais, est supervisée par l'agence communautaire de contrôle aux frontières extérieures (Frontex) et soutenue activement par 21 pays de l'UE.

Mais tandis que Mare Nostrum opérait jusqu'au large de la Libye, le champ d'action de Triton sera limité à patrouiller dans une limite de 30 milles de la côte italienne.

Des organisations non gouvernementales, comme Amnesty International ou Médecins sans Frontières (MSF), redoutent que la fin de Mare Nostrum ne conduise à une augmentation des drames en mer.

"Il n'y a pas d'autres voies d'accès pour atteindre l'Europe, et les conflits s'accentuent, non seulement en Syrie mais aussi en Irak et ailleurs. Il y aura donc un risque accru de tragédies maritimes sans Mare Nostrum", a déclaré à Reuters Stefano Di Carlo, directeur des opérations de MSF en Italie.

(Steve Scherer et Massimiliano Di Giorgio; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant