Rome : Simon a poussé Nadal dans ses derniers retranchements

le
0
Rome : Simon a poussé Nadal dans ses derniers retranchements
Rome : Simon a poussé Nadal dans ses derniers retranchements

Il y a des soirs comme ça, où aucun des deux joueurs ne mériterait le court en vaincu. Mais le match nul n'existe pas en tennis et Gilles Simon a fini par s'incliner devant Rafael Nadal mercredi au deuxième tour du Masters 1000 de Rome (7-6, 6-7, 6-2). Le Français a livré une bataille fantastique, pour contraindre le numéro 1 mondial à puiser au plus profond de lui-même pour sortir vainqueur d'un combat de plus de trois heures et quart. Il a surtout rendu sa meilleure copie de la saison.

Simon sur la bonne voie

Une semaine après une aventure madrilène sans saveur (défaite contre Lukasz Kubot), le Niçois a démontré au Foro Italico qu'il était sur la bonne voie. La très bonne voie même. Après un premier set accroché jusqu'à un tie-break à sens unique (7-1 pour l'Espagnol), Simon n'a jamais lâché le morceau mentalement. Rapidement mené 3-0 dans la deuxième manche, il a encore élevé son niveau de jeu. Déjà très offensif et maître des échanges, il est reparti de l'avant pour recoller au score dans un premier temps, puis pour s'adjuger le set au jeu décisif.

Simon a imité Mathieu 

L'exploit était alors en marche, Simon devenant le premier Français à prendre un set à Nadal sur terre battue depuis Paul-Henri Mathieu en 2006 à Roland-Garros. Mais le Majorquin a serré le jeu dans la manche décisive. Après une énorme bataille sur les six premiers jeux du set, Nadal, avec son incroyable pourcentage de premières balles (78%), s'est irrémédiablement détaché au score. Il a breaké à trois reprises pour empocher un succès au forceps. De ceux qui pourraient être importants pour la suite, tant pour le vainqueur que pour le vaincu.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant