Rome s'inspire de Paris pour aider ses firmes

le
0
Après une série de rachats de fleurons de l'industrie italienne par des groupes français, Rome a adopté un décret qui limite les acquisitions étrangères dans ses entreprises jugées stratégiques.

Rome veut se battre à armes égales. Face à l'appétit des investisseurs français, les Italiens veulent mettre au point la même protection de leurs fleurons nationaux qu'en France. Réuni en conseil des ministres, le gouvernement Berlusconi a ainsi adopté un décret qui limite les prises de participation de groupes étrangers au sein de sociétés italiennes dans les secteurs stratégiques du pays : l'alimentation, les télécommunications, l'énergie et la défense.

Alors que le groupe LVMH vient de racheter le joaillier Bulgari et qu'EDF poursuit ses discussions avec Edison, deuxième groupe énergétique de leur pays, les Italiens craignent un «pillage du made in Italy», selon les mots de l'organisation d'éleveurs Copagri. Dernière opération en date,la montée inattendue du français Lactalis de 15,3% à 29% du capital du laitier italien Parmalat a suscité de vives inquiétudes. Ces acquisitions viennent s'ajouter à une longue liste d'opérations de groupes français dans

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant