Rome privatisera pour réduire sa dette et satisfaire l'UE

le
0
ROME PRIVATISERA POUR RÉDUIRE SA DETTE ET SATISFAIRE L'UE
ROME PRIVATISERA POUR RÉDUIRE SA DETTE ET SATISFAIRE L'UE

par Giuseppe Fonte

ROME (Reuters) - L'Italie vendra des participations dans des sociétés publiques, dont le pétrolier et gazier Eni, afin de lever jusqu'à 12 milliards d'euros, somme dont la moitié sera affectée à la réduction de la dette publique, a annoncé jeudi le président du Conseil Enrico Letta.

Des parts seront ainsi cédées dans le spécialiste franco-italien des semiconducteurs STMicroelectronics, dans les chantiers navals Fincantieri, dans le contrôleur aérien Enav, ainsi que 3% du capital d'Eni mais Rome conservera une participation dans le pétrolier de plus de 30%, a ajouté Enrico Letta.

Ce dernier espère que la réduction de la dette qui doit s'ensuivre en 2014 rendra la Commission européenne plus compréhensive sur le chapitre des dépenses.

C'est "une première étape en vue non seulement de maîtriser le déficit en 2014 mais également de réduire la dette publique totale pour la première fois en cinq ans", a expliqué Enrico Letta.

La dette publique de l'Italie représente 133% du PIB, ne le cédant qu'à son homologue grecque au sein de la zone euro. Les six milliards d'euros tirés des privatisations qui seraient affectés à sa réduction comptent pour 0,3% du PIB.

Le ministre de l'Economie Fabrizio Saccomanni a dit à la presse que le programme de privatisations "ajoute un élément plus concret" à l'engagement pris ce mois-ci par Rome envers l'exécutif européen de réduire la dette. Il n'a pas donné de calendrier pour ce programme.

REMBOURSER LA DETTE, RECAPITALISER LA CDP

La CE s'est refusé à donner à l'Italie une marge de manoeuvre pour financer ses investissements publics dans la mesure où son projet de Loi de finances d'origine n'assurait pas une réduction de son massif endettement public.

Saccomanni a précisé que l'Etat vendrait 60% environ de Sace, l'organisme d'assurance des exportations italiennes, 60% de Grandi Stazioni, le gérant des emplacements marchands des gares ferroviaires, 40% de Fincantieri, 40% d'Enav et 50% de CDP Reti, filiale de la Caisse des dépôts locale (CDP) propriétaire d'une partie du réseau électrique Terna et du réseau gazier Snam Rete Gas.

Letta a observé de son côté que l'autre moitié du produit des privatisations serait consacrée à la recapitalisation de la CDP (Casse Depositi e Prestiti).

Quant à la cession de parts d'Eni, valorisée deux milliards d'euros, elle se fera par le biais d'une opération de rachat de titres par le pétrolier lui-même de façon à ce que la participation de l'Etat ne tombe pas en dessous de ses 30% actuels, a expliqué Saccomanni.

L'annonce du programme de privatisation intervient alors que le gouvernement de coalition n'a pu s'entendre sur un décret d'urgence visant à annuler le versement provisionnel en fin d'année de la très impopulaire taxe d'habitation et sur d'autres mesures budgétaires comme la vente de bâtiments publics.

Letta a confirmé que le versement provisionnel n'aurait pas lieu et précisé que le décret afférent à ceci et à d'autres mesures budgétaires serait approuvé mardi prochain en conseil des ministres.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant