Rome : le pape a reçu les footballeurs italiens et argentins

le
0
Rome : le pape a reçu les footballeurs italiens et argentins
Rome : le pape a reçu les footballeurs italiens et argentins

Italie et Argentine, deux grandes nations catholiques, mais aussi deux grands pays de football. A la veille de la rencontre amicale entre la Squadra et l'Albiceleste, mercredi soir, à Rome, le pape François a reçu les deux délégations au Vatican. Deux cents personnes, joueurs des deux formations et dirigeants sportifs des deux pays, se sont ainsi entretenues avec le Saint-Père.

«Vous, chers joueurs, êtes très populaires, les gens vous suivent, même hors du terrain, c'est une responsabilité sociale», a déclaré le Saint-Père aux internationaux, assis au premier rang lors d'une audience privée dans la salle Clémentine du Palais apostolique. «Ce sera vraiment difficile pour moi de faire le supporter, mais heureusement c'est un match amical, j'espère que cela le sera vraiment», a ajouté le pape, dont les propos étaient retransmis en direct dans la salle de presse du Vatican. «Sur le terrain, il y a la beauté, la camaraderie et l'altruisme, sinon il manque quelque chose au match, même si vous gagnez. Il n'y a pas de place pour l'individualisme, tout est coordination, pour l'équipe», a poursuivi le souverain pontife.

Chacune des délégations lui a offert un maillot de son équipe nationale floqué à son nom, ainsi qu'un vase en argent de la part des Argentins et un olivier des Italiens. Après l'audience devait être organisée une conférence de presse commune, avec notamment le chancelier de l'Académie pontificale des sciences, Monseigneur Marcelo Sanchez Sorondo, les capitaines des deux équipes, Lionel Messi (Argentine) et Gianluigi Buffon (Italie), et les deux sélectionneurs, l'Argentin Alejandro Sabella et l'Italien Cesare Prandelli.

Lundi soir, le sélectionneur transalpin a émis le souhait de voir le pape argentin Jorge Mario Bergoglio assister à la rencontre organisée en son honneur. Mais le Vatican a déjà fait savoir qu'il ne s'y rendrait pas. Quant à l'attaquant Mario Balotelli, enfant terrible de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant