Roman et Giorgio aux sports d'hiver

le
0
Roman et Giorgio aux sports d'hiver
Roman et Giorgio aux sports d'hiver

?Dans le sillage d'un Morata décisif, les Turinois, solides en défense, ont profité de la passivité de la défense du BVB et d'un Weindenfeller complètement aux fraises. Mais ils ont été flingués par un milieu en demi-teinte et une glissade de Chiellini.

Juventus Turin
Buffon (6,5) : A passé son match à capter le ballon tranquillement, avant de d'indiquer à ses partenaires " calma, calma ", avec le geste qui va avec. Un papa qui en a vu tellement d'autres, glissant seulement à Chiellini : " je ne suis pas en colère, seulement déçu ".

?Lichsteiner (7) : Si scandale Swiss Leaks fait les gros titres depuis quelques temps, Lichtsteiner, avec son nom de principauté, ne laisse lui rien passer. Impliqué dans son couloir et même un peu plus, il était en prime le principal remonteur de ballons de son équipe.

?Bonucci (7) : " Des quatre tortues, c'est le plus proche de Splinter et il passe la plupart de son temps libre à s'entrainer et méditer. Il a un très fort sens de l'honneur et suit de très près le code Bushido. Il tente de maintenir les autres tortues dans le droit chemin ". Tortues ou défenseurs turinois, même combat. Cowabunga.

?Chiellini (3) : " J'ai glissé Chef ". Forcément une histoire de chaussures pour Georges Pitivier.

?Evra (6) : Patrice savait que Pierre-Emerick allait beaucoup plus vite que lui. Alors Patrice n'est jamais monté. Patrice est un malin.

?Pirlo (-) : Lorsqu'il se blesse, Andrea sort de lui-même et va s'installer dans les tribunes. Les règles, ce n'est pas pour lui. En revanche, avec son remplacement par Pereyra, la classe de la Juventus a été divisée par dix. Le sous-Vidal (5) s'est en plus permis de rater une balle de qualification.

?Marchisio (5,5) : Si le Ballon d'or récompensait la beauté, il en serait déjà à une petite dizaine. Malheureusement, d'autres facteurs entrent en compte, et il n'est qu'un presque grand joueur, trop polyvalent pour être indispensable.

?Pogba (6): Petite pioche dans un match où il aurait pourtant dû casser le milieu de terrain du BVB, trop friable sur les phases de contre. Il s'est contenté de péter la cheville de Piszczek, trop dangereux dans son couloir. Paulo, tu es un salaud.

?Vidal (3) : Des passes en touches, des contrôles ridicules, des tacles par derrière, beaucoup de contestation. Une prestation aussi dégueulasse que son style. Les paris sur qui allait le sortir en premier entre l'arbitre et Allegri ont longtemps tenu tous les bookmakers en haleine. Mais un arbitre...

















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant