Roma et Milan se trainent dans la boue

le
0
Roma et Milan se trainent dans la boue
Roma et Milan se trainent dans la boue

Il y a des matchs nuls qui n'arrangent personne, et celui-là en fait partie. Rudi Garcia et Siniša Mihajlović, très contestés dans leur équipe respective, pourront le confirmer. Ce n'est pas faute d'avoir essayé. Le Milan et la Roma ont chacun eu l'occasion de prendre le large, mais ils n'ont pas franchi le pas.

AS Roma 1-1 AC Milan

Buts : Rüdiger (4e) pour la Roma // Kucka (50e) pour le Milan

Une mi-temps chacun, un but chacun et deux entraîneurs pas franchement rassurés. À quelques minutes de la fin du match, les caméramans ne s'y trompent pas. Les gros plans sur Garcia et Mihajlović, en mode "poker face" prouvent bien que ce match nul ne convient à personne. Pourtant, la Roma a bien pris les choses en main en première période, en prenant l'avantage grâce à Rüdiger, mais est aussi tombée sur une forteresse nommée Donnarumma. Pourtant, le Milan s'est bien réveillé en seconde période, revenant à hauteur grâce à Kucka, remuant grâce à Honda et Bacca, mais le réalisme les a fui. Score final 1-1.

Donnarumma, l'unique espoir


Parfois, le football sait être simple : quand on joue, on marque. Dès le coup d'envoi, les Romains nous le prouvent. En pressant la défense milanaise, en se projetant rapidement vers l'avant, ils prennent l'avantage en un rien de temps. Un coup-franc de Pjanić au second poteau pour Rüdiger et voilà que la Roma mène déjà 1-0. L'initiative paie. La léthargie coûte. Et seul Donnarumma permet aux Milanais, complètement endormis durant la première période, de ne pas sombrer définitivement et précocement. L'adolescent milanais s'impose deux fois avec brio. Une première fois face à un autre lycéen, Umar Sadiq, qui avait pourtant tout fait comme il le fallait. Une seconde fois sur un autre coup de pied arrêté associant Pjanic et Rüdiger. Bref, sans leur Gigi local, les Rossoneri auraient certainement vécu un tout autre match. Surtout que les Romains n'ont aucune envie d'en rester là. Pjanic, Sadiq, Gervinho, Falqué touchent un maximum de ballons et alimentent un courant d'air permanent dans le dos du duo Zapata-Romagnoli. Seules quelques incursions de Bonaventura et la possession de balle, 64-36 pour le Milan, convainquent les tifosi rossoneri de rester pour la seconde mi-temps.

Honda, the power to surprise


Et ils ont bien raison de rester puisque après la pause, il suffit de cinq minutes pour qu'Honda envoie un long centre sur Kucka au second poteau et que les Milanais reviennent à hauteur de la Roma. 1-1. Comme quoi,…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant