Rolland Courbis estime que le cas Dembélé est très délicat à gérer

le
0

Loin de s'enflammer après la large victoire de Rennes contre Nantes (4-1), Rolland Courbis regrette la deuxième période de son équipe et veut surtout protéger Ousmane Dembélé, encore brillant face aux Canaris dimanche.

Rolland Courbis, Rennes tient-il son match référence avec sa large victoire contre Nantes dimanche (4-1) ?
Sans être maniaque, on tient notre mi-temps de référence, parce qu’on perd 1-0 sur la deuxième. Dieu sait pourtant qu’on n’avait pas envie de se déconcentrer, parce que ce championnat est tellement fou qu’une place peut se jouer au goal-average. A 4-0 à la mi-temps, on pouvait faire mieux et profiter davantage d’une soirée où tout rigole. On fait une profession, entraîneur ou joueur, qui est passionnante et compliquée. On n’a pas le temps de savourer qu’on est déjà en train de réfléchir au match d’après. Si on renouvelle notre première mi-temps, ce sera compliqué pour Lyon, et pas seulement pour Lyon. Sur la deuxième mi-temps, si c’est notre match contre Lyon, on ne les battra pas.

Ousmane Dembélé a réalisé un match énorme, alors que vous aviez émis dans la semaine la possibilité de le faire reposer. Mais personne ne vous croyait vraiment…
C’est que je suis un mauvais menteur. Pourtant, j’y ai réfléchi. Régler les problèmes individuels fait partie de mes obligations professionnelles. Le cas Dembélé est un plaisir et une satisfaction, mais il est très délicat à gérer. A dix-huit ans, avoir toutes les sollicitations qu’il a dans un minimum de temps, il faudrait que je n’ai plus aucune compétence pour ne pas me méfier de cette période dans son intérêt et dans le nôtre. J’y ai réfléchi, la nuit porte conseil. Quand je vous ai dit ça, j’étais en train de réfléchir. J’étais à 51-49 de le faire reposer, même si ça aurait été uniquement pour la première période. Mais compte tenu de l’importance de ce match et de la semaine, où il y a eu beaucoup de bonnes choses que nous avons renouvelées en match, j’ai pris cette décision. Après, s’il n’avait pas démarré, on n’aurait peut-être pas perdu la deuxième mi-temps.

« On ne parle même plus de Gourcuff »

Pourquoi avoir aligné Dembélé dans l’axe sur ce match ?
Il est en apprentissage, c’est un joueur qui peut jouer à droite, dans l’axe ou à gauche. Contre Lyon, il ne jouera vraisemblablement pas dans l’axe, parce qu’il ne sera pas associé à (Giovanni) Sio (ndlr : il sera suspendu après avoir été expulsé contre Nantes). Il y a certains duos qui me font réfléchir différemment. Je ne peux pas en rajouter, ce ne sont pas des secrets, mais des petits détails. Comme je lis depuis des années que des petits détails font la différence,  je les garde pour moi et le club qui m’emploie.

Envisagerez-vous à nouveau de le faire reposer pour la réception de Lyon dimanche prochain ?
Non, il n’est pas question de faire reposer Dembélé au prochain match. Il fera au moins quarante-cinq minutes. Je vais me servir de la formule utilisée pour Yoann Gourcuff : il sera titulaire en première ou en deuxième mi-temps. On parle de Dembélé, qui a réussi un autre exploit, celui de faire en sorte qu’on ne parle même plus de Yoann Gourcuff. Il faut que ce soit moi qui rappelle que nous avons Yoann Gourcuff qui était titulaire à domicile pour la première fois depuis des mois et des mois. Je ne vous (les journalistes) chambre pas, mais si vous êtes en manque d’imagination pour un prochain papier, la prochaine fois, ce sera contre Lyon. Votre souci, c’est de savoir si Dembélé sera titulaire contre Lyon, alors que Gourcuff retrouvera son ancien club et sera à l’origine de la victoire de Rennes. Je ne m’enflamme pas du tout… (sourire)

Propos recueillis par notre correspondant à Rennes

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant