Roland-Garros: une revanche pour Djokovic face à Federer

le
0
Roland-Garros: une revanche pour Djokovic face à Federer
Roland-Garros: une revanche pour Djokovic face à Federer

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Sans faire offense à Rafael Nadal et David Ferrer, la grande affiche des demi-finales masculines de Roland-Garros sera celle qui oppose ce vendredi le numéro un mondial Novak Djokovic à Roger Federer, dans un match sonnant comme une revanche du tournoi 2011.

L'an passé, au même stade de la compétition, les deux champions avaient livré un duel de toute beauté, remporté en quatre sets par le Suisse, qui avait retardé l'accession du Serbe à la place de numéro un mondial.

Novak Djokovic sera donc celui qui aura le plus de pression sur les épaules puisqu'il vise à Paris le Grand Chelem, ce qui n'a plus été fait depuis Rod Laver en 1969.

Il va cette fois tenter de le priver d'une performance qui n'a plus été réalisée depuis 43 ans, même si celle de Novak Djokovic ne serait pas établie sur une année calendaire mais à cheval sur deux saisons.

"Il n'y a rien de mieux que d'avoir la possibilité de faire quelque chose qui n'a pas été réalisé en 43 ans, gagner quatre Grands Chelems d'affilée", a expliqué en conférence de presse sur ce sujet l'ancien numéro un mondial John McEnroe.

"Rien que cela fait qu'il est impossible de jouer à son meilleur niveau parce que la pression, les attentes, livrer son meilleur tennis, être capable de gérer tout cela, c'est pratiquement impossible", a ajouté l'Américain.

Cette année comme la précédente, aucun des deux joueurs ne fait réellement figure de favori, même si Novak Djokovic a connu deux matches très compliqués en cinq sets en huitième et en quart de finale. Lors de son dernier match, il a même dû sauver quatre balles de match face au numéro un français Jo-Wilfried Tsonga.

"EN CONFIANCE"

De son côté, Roger Federer a semblé plus à l'aise depuis le début de la quinzaine parisienne mais a cependant dû remonter un handicap de deux sets à rien face à l'Argentin Juan Martin Del Potro au tour précédent, avant de décrocher son billet pour le dernier carré.

Au niveau statistique, le Suisse mène 14 victoires à 11 face à "Nole" mais celui-ci a perdu ses deux dernières confrontations face au Serbe, notamment lors du dernier US Open où il a obtenu des balles de match avant de s'incliner.

En observateur éclairé, John McEnroe, désormais consultant pour la télévision américaine, estime qu'aucun des deux protagonistes de cette demi-finale tant attendue n'a encore montré le meilleur de lui-même cette année Porte d'Auteuil.

"Federer joue très, très bien. Je ne l'ai jamais vu mieux jouer qu'en ce moment. Il en va de même pour Novak. Ces deux joueurs ont énormément de confiance. Mais les deux n'ont pas encore réussi à déployer tout leur jeu. Il est difficile de dire ce qui va se produire."

Si des questions sont légitimes concernant l'issue de cette rencontre, moins de doutes planent sur l'issue de la deuxième demi-finale qui opposera Rafael Nadal à David Ferrer.

Le numéro deux mondial, qui vise un septième titre à Roland-Garros, un record qu'il serait le seul à détenir, s'est montré impérial depuis le début du tournoi où il n'a pas cédé le moindre set, laminant ses adversaires successifs.

Le Majorquin n'a perdu qu'un match à Roland-Garros depuis 2005, année où il s'était imposé pour sa première participation au tournoi, son unique défaite en 2009 étant intervenue en huitième de finale contre Robin Söderling, alors qu'il était blessé.

AVANTAGE NADAL

David Ferrer, sixième du classement ATP, disputera, lui, sa première demi-finale à Roland-Garros, la troisième dans un tournoi du Grand Chelem après l'Open d'Australie en 2011 et l'US Open en 2007.

Les deux Espagnols -amis dans la vie- se sont déjà affrontés à 19 reprises et le Majorquin s'est imposé 15 fois. Il reste sur quatre victoires consécutives, sa dernière défaite face au joueur de la province de Valence remontant à l'Open d'Australie en 2011.

Statistique supplémentaire, Ferrer n'a battu son compatriote sur terre battue qu'une seule fois. C'était en 2004 alors que Rafael Nadal n'était âgé que de 17 ans.

Depuis, ce dernier a remporté dix titres du Grand Chelem et s'est surtout imposé comme étant le meilleur joueur de l'histoire sur terre battue.

Chrystel Boulet-Euchin, édité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant